Michael Franti – « Yell Fire! »

Yell Fire![Album]
24/07/2006
(Anti/Pias)

Franti fait partie de ces acteurs de la musique quasiment connus de tous mais difficilement étiquettables. Et pour cause, tout au long de sa carrière, il a touché à énormément de styles musicaux, du punk des Beatnigs au hip hop des Spearhead en passant par la noise indus des Disposable Heroes Of Hiphoprisy. Dans le même temps, il s’est toujours proclamé comme un fervent défenseur des Droits de l’Homme, n’hésitant pas par exemple à exposer ses convictions dans diverses universités des Etats-Unis. Pas étonnant donc que « Yell Fire! », son nouvel album, soit un condensé de tout cela, le miroir de ses goûts musicaux comme celui de l’homme lui-même

Le point de départ de cette nouvelle aventure commence il y a deux ans, lorsque Michael Franti décide de rejoindre les zones les plus sensibles de l’Irak en guerre, de la Palestine et d’Israel, seulement armé de sa guitare et de caméras vidéos. Il ramènera donc de là-bas un documentaire intitulé « I Know I’m Not Alone » et quelques émouvants souvenirs sources de ces quelques nouveaux titres enregistrés entre Kingston et San Francisco. Car c’est bien ce qui nous intéresse ici. « Yell Fire! » est paradoxalement l’album le plus positif de Franti (« East To The West »), puisque né de la volonté des autochtones visités d’entendre d’autres sujets que ceux les touchant directement. Ici, c’est donc les rapports humains, l’amour, la vie, l’action qui font danser (« Yell Fire! »). L’ambiance est donc au rock reggae, parfois à la pop (« I Know I’m Not Alone », « See You In The Light », « Tolerance »), un décor dans lequel se fondent parfaitement les Spearhead, le percussionniste Sticky Thompson mais aussi Sly et Robbie qui épaulent le californien à pondre quelques très bons titres dont les « Time To Go Home », « One Step Closer To You (feat Pink) », ou l’acoustique « Is Love Enough? (feat Gentleman) », tous faisant oublier les loupés « Hello Bonjour », titre ragga zouk proche de Wyclef Jean, « Hey Now Now », reggae plus classique et trop léger

Si ce nouvel album prend clairement des allures racoleuses, il souligne l’expérience de Michael Franti qui s’amuse à slalomer entre les genres. Les puristes du rock ou du reggae ne s’arrêteront peut-être pas dessus, mais les autres, ceux qui ne se fient pas ou plus aux étiquettes, pourront sûrement en retirer quelques émotions. Qu’on aime ou non sa musique, Monsieur Franti ne mérite rien d’autre que le respect

En écoute

1. Yell Fire!     
A VoirI Know I’m Not Alone (url)

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire