Metz – « Metz »

metz180Album
(Sub Pop)
09/10/2012
Post punk

Après avoir patiemment et passionnément décliné les multiples dérivés de la folk, de la pop et du rock durant toutes ces dernières années, Sub Pop n’aurait-il pas eu la soudaine envie de revenir à ce qui le faisait vibrer en ses premières heures, lorsqu’il entamait sa grande aventure avec, sous le bras, les disques de Nirvana, Tad, Mudhoney ou Soundgarden. C’est en tous les cas la question qui vient illico à l’esprit au moment ou les canadiens de Metz – et non les lorrains, on vous voyait venir… – se lancent têtes baissées dans ce premier album éponyme sonnant clairement le retour au rock incisif et intense dans les bureaux de Seattle. Et pour cause, une fois bien droit sur ses rails, le trio fonce à toute allure sans même atteindre la demi-heure, exécute sa partition le couteau bien serré entre les deux, attendant seulement que quelqu’un vienne lui ôter violemment de la bouche, que l’émail couine au passage du métal, et que le sang fuse des coins tranchés. Balancé dans une urgence poussée à l’extrême, tendu tel un joggeur sur un champ de mines, aussi linéaire qu’une lame de guillotine, le post punk bruitiste et dissonant de Metz se contrefout des mélodies, se laisse tout juste aller à quelques riffs qui, plutôt que de le dévier de son chemin, ne font qu’envenimer sa frénésie. Celle qui, à chacun de ses passages, doit illico transformer une salle en cocotte minute et qui, sous la houlette de Graham Walsh (Holy Fuck), parvient à transpirer de tous les sillons de ce disque pour le moins cinglant. Metz est à la fois sauvage, primaire, et venimeux. Assez en tous les cas pour nous habiter, et nous donner sans cesse envie de retourner se frotter à la douleur blanche que procure du début à la fin ce premier opus appelé à laisser des traces sur les corps comme dans les têtes.

itunes5

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire