MellaNoisEscape – ‘Heartbeat of the Death’

MellaNoisEscape – ‘Heartbeat of the Death’

Album / Ulysse / 05.10.2018
Indie rock


Olivier Mellano est un travailleur de l’ombre. Un travailleur acharné et humble qui trouve plus volontiers son équilibre au sein d’un collectif, que seul sous les lumières. Portée par une expérience acquise au fil des années, un nombre incroyable de collaborations, et des projets d’envergure ou les talents se croisent, sa (désormais) longue carrière passe aussi par quelques éclairs gentiment égocentriques et bienvenus. C’est le cas depuis 2014 avec MellaNoisEscape, une aventure solo qui se prolonge aujourd’hui au format trio alors que sort Heartbeat of the Death, un nouvel album au sein duquel le rennais donne tout ce qu’il sait, tout ce qu’il a, avec cette maturité qui le rend si singulier.

En les personnes de Valentina Magaletti (Tomaga, The Oscillation, Bat For Lashes…) et de la jeune Suzy LeVoid, Mellano semble avoir trouvé les ‘petites’ mains rêvées pour ériger un véritable monument, de ceux qui comptent bien qu’on ne les voit pas forcément de très loin. Car Heartbeat of the Death est un disque sombre et généreux, riche mais sobre, ou la tension s’emmêle volontiers dans un certain flegme. De quoi coller aux thématiques contraires qui l’accompagnent – ce monde qui part à vau-l’eau contrarié par la conscience qu’il nous reste – et en faire une oeuvre complète ou la forme épouse si justement le fond.

Mellano aurait alors pu nous pousser dans un gouffre après nous avoir susurré des chants d’apocalypse (Black Scintillas), mais là encore la magie opère. Par ses mélodies chatoyantes (Comforting Monsters), ses arrangements à la sophistication à peine perceptible (The Glint, Vitreous Circle), et ses textures accueillantes (Heartbeat of the Death), l’album rebondit, décline une pop à la fois diffuse et profonde, pour mieux tirer son monde – ses auteurs compris – vers cette chaleur et cette lumière qui font bon vivre (Overwhelming Joy).

Et pour décupler sa force, le trio prend son temps, étire ses compositions, les détourne du prévisible, arrondit soudainement les angles (The Widest Scale) ou durcit le ton (The Expected World), exploite généreusement la mixité de ses voix, décroche souvent soli et riffs en arrière plan comme pour ne jamais briser la corde qui nous lie à lui. Car, de par sa qualité trop rare jusque dans ses entournures cinématographiques (The Glint), Heartbeat of the Death est un parfait compagnon de vie. Il est surtout un énième témoignage du talent débordant que possède cet Olivier Megalo Mellano capable de vous foutre le vertige à moindre fret.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Overwhelming Joy, The Expected World, Comforting Monsters


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.