Maximo Park – « The National Health »

max180Album
(V2/Coopérative Music)
08/06/2012
Indie rock

Après avoir incarné l’espoir du label Warp de se voir un jour aussi performant sur les terres du rock que de l’électronique, Maximo Park voit – lui – finalement sa destinée se séparer de ce qui lui a souvent servi de gage de qualité. Jusqu’à son dernier « Quicken The Heart« , apprécié chez nous mais peut être généralement trop décrié pour que la maison anglaise veuille à tout prix retenir son ex-next big thing. Si « The National Health », son nouvel album, ne l’aidera pas forcément à récupérer ce statut quelque peu écorché depuis quelques mois, il n’est pas pour autant le reflet annoncé d’un Maximo Park fané. En effet, le temps de ces treize titres, et une fois passée cette intro piano/voix/violon quelque peu plombante, le bon et le passable se côtoient dans ce qui semble marquer une nouvelle évolution dans le son d’un groupe laissant plus de place aux synthés (l’excellent « Write This Down », « Banlieue »), jusqu’à parfois venir chatouiller la voute plantaire des Ghinzu (« Hips And Lips »). Mais plutôt que de jouer la carte de la radicalité et de faire perdre la tête à ses plus vieux fans, le combo anglais préfère progresser à tâtons, tout en laissant encore sur son passage quelques morceaux interprétés pied au plancher et/ou armés de mélodies efficaces qui ne manqueront pas de leur plaire. C’est le cas du titre éponyme, du très formaté « The Undercurrents », de « Until The Earth Would Open », comme de « Waves Of Fear » qui, sans promettre la lune, n’ont jamais à rougir de prendre la relève. Pour autant, parce qu’il n’accouche pas là de l’opus le plus marquant de sa courte discographie, Maximo Park – généralement plus prévisible que par le passé – a peu de chances ici d’emporter l’estime de ceux qui lui ont toujours tourné le dos. Un pas sur le côté donc.

En écoute

En écoute intégrale

itunes16

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire