Matthewdavid – « Outmind »

mat180Album
(Brainfeeder)
26/04/2011
Bass music

Allume tes feux anti-brouillard, tu entres sur le territoire de Matthewdavid. Sur la pochette, on peut lire « Genre: Cerebral »: on n’aurait pas trouvé mieux pour qualifier cette nouvelle sortie Brainfeeder, dans la droite lignée de la musique du patron Flying Lotus. Une production aussi massive et tout autant chiadée, à la différence près qu’elle semble enveloppée d’un sac de couchage bien douillet qui laisse échapper ses expirations ambient par la fermeture-éclair.

Matthewdavid est un gars du sud accueilli à bras ouverts par Los Angeles, ses labels phares et son Low End Theory. Un immigré de la Beat scene qui, avec son album « Outmind », s’accroche au plafond comme un attrape-rêves, captant vos pensées les plus profondes avec des pièces émérites comme le vaporeux « Prayers At Bedtime », ou le beat vivant de « Noche Y Dia/San Raphael », aussi beau qu’écrasant. La première écoute s’apparentera ainsi à une demi-heure de sollicitation des sens, un exercice éprouvant qui se transforme au fil des écoutes en massage du cervelet.

Très court donc (et c’est très bien comme ça), sans « tube » notable, « Outmind » s’écoute d’une traite histoire de pouvoir apprécier à sa juste valeur ce cortège d’arrangements à la fois simples et extrêmement complexes. Parmi les moments forts, les mélodies denses de « Cucumber-Lime » se confondent et se fondent en sables mouvants dont on n’a même pas envie de se sortir. Côté featurings aussi, Matthewdavid choisit ses victimes en fonction de l’humeur, qu’il s’agisse logiquement de Flying Lotus, Niki Randa ou Dogbite qui parle en dormant sur « International ». Au gré d’une écoute attentive, on se laisse facilement aller également sur l’ambient organique « Epic Swan » (genre de texture inconnue qu’on a envie de toucher par simple curiosité), le dubstep deep et éthéré de « Like You Mean It », ou l’abstract hip-hop tentaculaire de « Today, Same Way »…

En écoute

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire