Maps & Atlases – « Perch Patchwork »

maps180Album
(Barsuk)
29/06/2010
Pop

Tout vient à point à qui sait attendre. Depuis 2006 qu’ils ont mis le pied à l’étrier, les Maps & Atlases se sont faits spectateurs des nombreuses tendances musicales, comme de l’autodestruction de nombre de leurs homologues qui se sont brulés les ailes à vouloir faire les choses trop vite. Après quelques Eps, et quatre années passées à se forger un style, à prendre ses distances avec son math rock originel pour mieux l’emmener vers la pop, le quatuor de Chicago sort enfin « Perch Patchwork »: un premier disque pris en main par un label solide et expérimenté, qui dévoile une pop digne de cette nouvelle école ou des groupes plus inspirés les uns que les autres éclipsent peu à peu les grands pontes du genre. On avait récemment fait ce constat à la découverte de Local Natives, avant cela encore à l’écoute de Fleet Foxes, Grizzly Bear, TV On The Radio et Dirty Projectors. Tous ont cette magnifique manie de pondre de belles pépites mélodiques, subtilement expérimentales, parfois teintées d’accents world (« Pigeon »), toujours accessibles bien qu’elles fuient systématiquement la facilité. Tous sont aussi portés par des chanteurs très talentueux, capables de rehausser la qualité des compositions du groupe à la seule force de leur voix. En alignant lui aussi tous ces atouts, Maps & Atlases ne fait pas exception à cette règle (« Living Decorations », « Israeli Caves ») et se joint à eux dès le stade du premier album. Ainsi, une fois passé un « Will » d’ouverture qui pourrait en inciter quelques uns à passer leur chemin, c’est véritablement à l’écoute de « The Charm » que ceux du combo se dévoilent littéralement, entre instrumentation minimale, quelques pirouettes d’arrangements, et ce chant imperturbable qui vous agrippe les tripes pour ne plus les lâcher. Même constat quand résonne l’acoustique et bancale « Was », ou un « Solid Ground » qui n’est pas sans rappeler la bande de Tunde Adebimpe. Maps & Atlases, petit poucet au royaume des futurs grands, a donc eu toutes les bonnes raisons du monde pour prendre le temps de coudre ce brillant « Perch Patchwork » qui ne manquera pas de séduire les fins gourmets de pop fraîche et inventive.

En écoute

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire