Manipulators – « s/t 92 »

s/t[Album]
20/05/2007
(Ozore Age/Pias)

Difficile aujourd’hui de se faire sa place au sein de la scène dub française tant ses piliers ont parcouru le spectre entier du genre depuis de nombreuses années. Désormais, le moindre nouvel arrivant doit non seulement jouer des coudes, mais aussi d’originalité pour se faire le trou qu’il mérite. Le chemin semble être qu’à moitié parcouru en ce qui concerne les Manipulators qui, à coups de maxis et de tournées, sont parvenus à convaincre, sans pour autant se démarquer clairement de ses aînés. C’est pourtant une juste récompense que ces rémois voient enfin sortir un premier album officiel

Un dub electro rock, hypnotique, tribal et urbain, parfois puissant, voilà un état des lieux que Kaly Live Dub ou High Tone, pour ne citer que ces deux-là, se sont déjà largement octroyés (« Shankabagali »). Reste qu’il ne faut pas systématiquement fermer la porte à un combo qui en ressemble à un autre car, dans ce cas-là, nos discothèques personnelles ne seraient pas ce qu’elles sont, même remarque concernant les bacs des disquaires, et l’état général d’une scène nationale. Lorsqu’il est question de musique, on ne se lance pas sans référence, sans influence, à moins d’intégrer précocement la catégorie des rares musiciens de génie

C’est donc avec une certaine objectivité qu’il faudra aborder ce premier album des Manipulators. Là alors, vous y découvrirez un véritable talent, un savoir faire certain, deux éléments qui lui auront permis de se rapprocher si près de la perfection classique du genre. Tout y est: les rythmiques sont efficaces, groovies, dansantes, puisent autant dans le reggae, que le hip hop, la drum n’bass ou le trip hop; les mélodies se font planantes et amènent un aspect mystique fidèle au genre; tout comme les diverses contributions d’instruments traditionnels (« Skarekrow »), de chants orientaux cependant assez discrets pour ne pas risquer l’overdose (« Cho Mai »). Mais si la majorité des titres de ce premier album éponyme reste assez prévisible, les Manipulators parviennent à laisser entrevoir une personnalité promettant un avenir certain. C’est le cas sur le plus electro et minimal « Sai Tok », sur le plus électrique « Mizar » ou le plus jazzy (« K-Dub »)

Soucieux de faire une entrée discographique officielle, les Manipulators joignent à ce premier disque un DVD live comprenant neuf titres, soulignant la maîtrise de leur registre aussi bien en studio que sur scène. Les rémois ne laissent pourtant ici qu’une décevante impression de suiveur, qui ravira sans aucun doute les plus fervents supporters de l’electro dub français du début du siècle. Mais, après tout, la musique n’est qu’un éternel recommencement. Et combien versent encore une larme d’enthousiasme à l’écoute de formations très proches de celles qui les ont bercées…

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire