Machinedrum – ‘Vapor City’

Album / Ninja Tune / 30.09.2013
Utopie électronique

Depuis son ‘Room(s)’ sorti en 2011, Travis Stewart ne s’est pas arrêté de bosser. Après une collaboration avec Jimmy Edgar, quelques remixes et divers EPs, l’hyperactif Machinedrum se lance un nouveau défi en tapant à la porte du prestigieux label Ninja Tune. Il sort par la même occasion son neuvième album, en ayant déjà dépassé le stade à partir duquel on n’attend normalement plus rien d’un artiste, d’autant plus sur la scène électronique. Pourtant, ‘Vapor City’ n’est pas une compilation de morceaux sélectionnés sur le disque dur d’un geek parmi une montagne d’autres.

Méthodiquement, Machinedrum met en musique chacun des quartiers d’une ville de rêve façonnée par son subconscient, et mûrie depuis maintenant plusieurs années. Cette utopie électronique tant attendue brille aussi fort que s’il s’agissait d’une nouvelle livraison d’un artiste majeur tel que Scuba ou Burial. Elle se traduit alors par des samples vocaux housy, des craquements de vinyles, et un brouillard environnant gonflé par de denses mélodies et de puissantes rythmiques dérivées du 2-step. En définitive, pas besoin de connaître la carrière du britannique sur le bout des doigts pour marcher confortablement dans les rues de cette métropole où le dub atmosphérique fait office de gentille pollution (‘Don’t 1 2 Lose U’), où les autoradios des taxis envoient du ragga-jungle étouffé (‘Gunshotta’, ‘Rise N Fall’) et des vapeurs d’échappements respirables à plein nez (‘U Still Lie’).

Machinedrum brasse ses influences finement, discrètement, et les baigne d’une tension palpable propre aux grandes villes, même si celle-ci compte tout de même quelques espaces verts (‘Center Your Love’, ‘Infinite Us’) au détour de rues moins calmes (le single addictif ‘Eyesdontlie’). Cette architecture éthérée et parfois menaçante pose les bases d’un disque cohérent, mature et agréable de bout en bout.

‘Gunshotta’, ‘Don’t 1 2 Lose U’, ‘Rise n’Fall’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire