Mac Miller – « Watching Movies With The Sound Off »

Album
(Rostrum)
24/06/2013
Hip hop

Mac Miller a beau n’avoir que 21 balais, le bougre a déjà pas mal roulé sa… brosse. Révélé au grand public par une multitude de mixtapes qui lui ont permis d’affiner son style, et d’autant de singles ayant réveillé l’intérêt de pas mal de labels, le Mc de Pittsburgh – désormais exilé à Los Angeles – est devenu un des acteurs majeurs de la scène hip hop américaine. Un statut qui fait naturellement de l’arrivée de son deuxième opus un événement, d’autant plus que son prédécesseur « Blue Slide Park » avait quand même réussi le tour de force d’être le premier album indépendant depuis 25 ans à figurer en tête du Billboard. De quoi partir avec une certaine assurance, néanmoins dangereuse en cette étape habituellement casse gueule.

Pour ne pas glisser, Mac Miller aura au moins eu le bon goût d’ouvrir son univers et de bien s’entourer, au rang des featurings (Earl Sweatshirt, Action Bronson, Jay Electronica…) comme à celui des producteurs (Flying Lotus, Clams Casino, Diplo, Pharrell, The Alchemist…). Bien armé, lui-même auteur de plusieurs productions, il s’applique donc sereinement à prendre avec « Watching Movies With The Sound Off » la suite de ce qu’il avait entrepris sur sa mixtape « Macadelic », déjà plus personnelle et mature que ses précédentes parutions.

Moins fou (« Aquarium » construit sur un sample de Tune Yards), parfois étonnement introspectif (« Objects In The Mirror »), motivé par le besoin de marquer une certaine rupture avec ce qu’il a récemment vécu et affronté, le Mc n’atteint pas la perfection mais n’effrite pas pour autant l’intérêt que ses fans lui portent. Ceux là même qui seront plus amusés que choqués par un discours un brin misogyne (« Gees »), et qui sauront passer outre un album certes cohérent mais si varié que les changements d’ambiance peuvent parfois se révéler abrupts.

En effet, le temps de seize titres, Mac Miller jongle entre hip hop classique (« Suplexes Inside Of Complexes And Duplexes »), un autre plus contemporain (« Watching Movies »), et quelques rasades RnB (« Youforia »), sans manquer de mesurer l’impact sur sa musique de son nouvel environnement californien et des connexions qui vont de paire (« S.D.S » produit par Flying Lotus, « Bird Call » produit par Clams Casino, l’excellent « Red Dot Music » avec Action Bronson produit par The Alchemist). Reste que le Mc laisse au final l’impression d’une quête de nouvelle identité, ce qui ne fait pas de ce « Watching Movies With The Sound Off » un rendez vous manqué. Même si, pour dire vrai, on attendait de lui plus de garanties que de promesses.

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire