Lupe Fiasco – « The Cool »

The Cool[Album]
28/01/2008
(Atco/Warner)

Difficile d’être Lupe Fiasco en 2007, et cela pour plusieurs raisons: le cap savonneux du deuxième album censé confirmer le bien pensé de son « Food & Liquor » qui aura glané quelques récompenses prestigieuses il y a deux ans, une émancipation par rapport à son mentor Jay-Z qui doit continuer pour ne pas être éternellement sous le feu de la comparaison, la perte de son père l’an passé, l’incarcération à vie de son meilleur ami, et le meurtre d’un autre. Avouez qu’il ne pouvait pas vraiment faire pire.Mais, le Mc de Chicago aura encore quelques atouts à mettre en avant, notamment cette fervente volonté de ne pas tomber dans les travers des jeunes pousses hip hop, obnubilées par les hits et la compétition malsaine. C’est ce qu’il s’évertue à démontrer sur « The Cool », son nouvel album

Pas toujours avec la plus grande réussite avouons le. L’entame de ce nouvel opus, habité d’un concept tiré par les cheveux pour n’importe quel francophone, avec des sujets sociaux et politiques dans nos sociétés d’hier et d’aujourd’hui en toile de fond, n’est pas des plus enthousiasmantes. En effet, « Go Go Gadget Flow » est miné par une avalanche de violons, un beat qui n’est pas loin de laisser indifférent, mais est sauvé par la dextérité du bonhomme déballant un flow rapide, chose qu’on avait encore très peu entendue chez lui auparavant. Heureusement, ce genre de titre n’est pas légion tout au long de ce « The Cool ». On excusera donc sans trop de rancoeur les « Dumb It Down », « Paris, Tokyo », « The Die » et « Go Baby », trop lisses, parfois trop mièvres et donc trop en demi-teinte

Avouez que sur dix-neuf titres, c’est trop peu pour accabler l’Américain. A condition qu’on l’aborde tel le dernier opus de Kanye West, c’est-à-dire comme un hip hop grand public clairement tourné vers la pop (« Streets On Fire », « Hello Goodbye », « Fighters »), le reste pourrait bien pousser le rival de 50 Cent avec fracas, et faire oublier son récent « Graduation« , au final bien décevant. Car Lupe Fiasco a clairement sorti l’artillerie lourde, qu’il donne dans un hip hop « conventionnel » (« The Coolest », « Gold Watch », « Gotta Eat »), ou dans les refrains taillés pour les radios (« Superstar », « Hi Definition », « Hip Hop Saved My Life »)

Mais, parmi cet imposant tracklisting majoritairement produit par Soundtrakk, ce sont surtout les excellents « Little Weapon » (malgré son refrain édulcoré) et le pachydermique « Put You On Game » que l’on retiendra, et qui nous pousseront à confirmer que Lupe Fiasco a bel et bien mérité son rang: celui des poids lourds du hip hop mainstream, ou règnent déjà sans pitié Kanye West et Jay Z. Du coup, on lui attribuera le même reproche de trop souvent caresser l’auditeur dans le sens du poil alors qu’il a, lui aussi, assez de talent pour révolutionner le genre

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire