Lungfish – « Love Is Love »

Love Is Love[Album]
23/10/2003
(Dischord/Chronowax)

Et un de plus diront certains… Les autres, comme moi, auront le bonheur d’apprécier le neuvième album comme ils ont adoré les précédents. Car unique, Lungfish l’est! Dans sa rhétorique froide, sèche et tranchante, ce groupe possède une force intérieure exceptionnelle qui fascine et envoûte l’auditeur dés les premiers arpèges d’Asa Osborne. Du titre de l’album à la pochette en passant par la structure des morceaux, tout y est symétrique et donc foncièrement répétitif. Sur la trace d’une boucle, Lungfish évolue dans un cadre et se fixe ses propres limites. Volontairement. Intentionnellement. Tel un animal en cage qui tourne et tourne encore. Un prisonnier dans sa cellule. De par cette intensité intérieure maîtrisée et ces émotions contenues, les morceaux implosent et livrent avec grâce ce que la poésie illuminée de Daniel Higgs a à offrir. Tempête dans un verre d’eau pour les assoiffes de sensations fortes. La délivrance n’est jamais totale, elle est suspendue comme pour nous dire que jamais rien n’est gagné. Et les morceaux comme « Hear The Children Sing », « No False Suns » et « Child Of Chaos » en sont la preuve. L’intermède de The Pupils, le retour de Sean Meadows à la basse, les concerts plus fréquents du quatuor et leur récente tournée en Angleterre sont autant de signes positifs qui se ressentent sur cet excellent album. Dans sa quête indéfinissable, Lungfish, toujours aidé par la paire Zientara-McKaye à la production, poursuit sur une lancée…qu’on voudrait interminable. Unique et donc fantastique.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire