Low – « Drums And Guns »

Drums And Guns[Album]
20/03/2007
(Sub Pop/Pias)

Quand Low est arrivé sur Terre en 1993, sa musique souvent qualifiée de slowcore faisait un peu tâche au milieu de cette déferlante grunge qui ne se privait pas de retourner les Etats Unis comme une crêpe. Si les choses ont un peu changé depuis, le trio reste encore très atypique sur la scène rock, encore plus à l’écoute de ce « Drums And Guns », nouvel album sonnant comme un nouveau départ. En effet, le bassiste Zak Sally a quitté le navire, les derniers temps ne furent pas très roses pour un Alan Sparhawk sous l’emprise d’une dépression, soignée plus tard par la sortie d’un album solo instrumental. Que d’évènements qui eurent raison de la dernière tournée de Low, et qui firent planer quelques tristes pressentiments. « Drums And Guns » rassure donc quelque part, même si la surprise est difficilement dissimulable à son entame. « Pretty People » et « Belarus » ouvrent sur un Low très linéaire, presque mystique, minimaliste (comme ces rythmiques qui se répètent à l’infini), pour souligner la moindre subtilité d’arrangement, et pour afficher bien haut que ce nouvel album se place clairement sous le signe du chant. Alors, même si on ne reste pas insensible à une certaine beauté mélancolique, on en arrive quand même à se demander si on ne risque pas de trouver le temps un peu long ici. C’est sans compter sur la suite. « Breaker » avec ses claquements de main et son orgue presque funéraire, « Dragonfly » aux multiples détails, « Always Fade » et « Take Your Time » au chant qui vous prend aux tripes, finissent de vous convaincre de pousser un peu plus loin l’écoute. Car tout au long de ce « Drums And Guns » à l’ambiance homogène, Low abat ses multiples cartes, comme celle du chant de Sparhawk partagé avec celui de sa compagne Mimi Parker (« Dust On The Window », le superbe « Hatchet » au riff simple mais qui réveille tout l’opus), et d’une mélancolie planante conjuguée à tous les temps (« Violent Past »). En treize titres, Low prend donc l’option de laisser ses derniers démons s’exprimer pour, au final, être d’une beauté absolument renversante. Le trio finit son oeuvre en lévitation, et nous avec, pas si loin de là ou tout a commencé finalement..

En écoute

 

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire