Los Tiki Phantoms – « Regresan De La Tumba »

Regresan De La Tumba[Album]
17/11/2006
(BCore/Overcome)

« Regresan De La Tumba » est de ces albums emmenés par une véritable histoire, transmise de générations en génération grâce à la colonisation, et qu’il est nécessaire de rappeler pour en comprendre toute la subtilité

Il faut donc remonter dans l’histoire hawaïenne, deux cents ans exactement. En ce temps-là, une nuit, quatre guerriers de l’île ont obtenu un pouvoir étrange leur offrant une emprise sur le peuple, grâce à une musique énigmatique. De là, ils se proclamèrent maîtres du royaume, et entamèrent une multitude de réformes. Jusqu’à ce que le roi, alarmé par ce danger soudain, leur tende une embuscade et qu’ils périssent dans le volcan Kilahuea. Trop tard cependant, car ils avaient eu le temps de convertir quelques autochtones à leur cause, dont un, possesseur d’un don de résurrection, mais atteint d’une malédiction le privant de la parole. Il grava donc sa formule sur une pierre avant de mourir, en espérant que quelqu’un la récite un jour. En 1923, le professeur Sir Jacob B Madiba décida de partir à la recherche de cette pierre sacrée, et disparut mystérieusement. On ne retrouva que ses notes, laissant penser à un état de folie avancé. Les plus superstitieux déclaraient alors qu’il avait atteint son but, et ramené les quatre guerriers à la vie

Très silencieux depuis, ils apparaissent enfin sous le nom de Los Tiki Phantoms (Tiki était le nom du Dieu de la Mort), adoptant un look particulier, et bien décidés à atteindre leur but en faisant de nouveau résonner leur musique. « Regresan De La Tumba » est donc leur premier testament, et son surf rock n’roll instrumental et élégant pourrait bien être la raison d’évènements inexpliqués à venir. Pour le coup, BCore, jusque-là ardent défenseur de la scène émo espagnole, semble s’acoquiner avec le Diable en pactisant avec ces musiciens venus d’outre-tombe. Il a dû se laisser séduire par ces remontées de The Shadows ou The Ventures, auxquelles il faut ajouter une pincée de Dead Kennedys, Agent Orange et même de Little Richard; par ce son de guitare cristallin constamment baignée de reverb, et cette rythmique imperturbable. Et le pire est à craindre, car ces Visiteurs version rock sont plutôt bien rodés: il ne leur a fallu que quelques prises live dans un studio de Pampelune pour mettre en boîte cette potion au pouvoir surnaturel

Pas de doute, grâce à quelques coups de maîtres de la trempe de « Heavy Surfer », « Mundaka », « Vulcan », ou quelques ballades comme « Ojos Verdes », « Spaghetti » et « Biarritz », ces quatre fantômes pourraient bien ramener avec eux leurs partisans de l’époque et enrôler la moindre âme perdue, même la plus nostalgique du rockabilly (« El Pulpo », « Kilahuea »). Tu en doutes? Passes à la maison te mettre cet album sur les oreilles, en attendant je prépare ta carte..

En écouteVulcan

Achetez sur :

  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire