Looptroop Rockers – « Good Things »

Good Things[Album]
29/04/2008
(Bad Taste/Import)

Déjà quatre albums au compteur pour les suèdois de Looptroop, probablement le meilleur ambassadeur d’une scène nordique rarement mise en lumière, sinon lors de projets ponctuels comme la récente compilation « Scandinavian Hip Hop Invasion« . Après le départ du Mc CosM.I.C l’année dernière et un passage par le label punk « Burning Heart », le trio renommé Looptroop Rockers se rappelle à notre bon souvenir avec « Good Things », un album composite sur lequel les deux Mc’s, Supreme et le charismatique Promoe, posent en anglais sur les productions d’un Embee qui ratisse large pour l’occasion. En compagnie d’invités qui ajoutent à la diversité du projet, les Mc’s venus du froid nous rappellent une fois de plus qu’on aurait tort de les oublier.

Trois ans après le sombre « Fort Europa » et conformément à ce que suggère la pochette, la rupture est consommée et s’entend dès les premieres notes. Clairement orienté vers des sonorités festives, l’album s’ouvre sur les percussions et les trompettes de « Family First », convoque un piano plus proche du jazz que des traditionnels beats hip-hop sur « Marinate », l’accordéon sur « The Building » (déjà présent sur la compilation précitée)… un éclectisme sans limite qui fait se cotoyer accords d’oud (« Al Mazika ») et anthem electro-pop en bonne et due forme (« Naive feat. Timbuktu). Portée par le flow de Promoe, plus proche du ragga que du rap, et des invités à la hauteur de leurs hôtes, Rakaa des Dilated Peoples en tête, la mayonnaise prend de bout en bout, malgré la présence de titres plus anecdotiques à l’instar des breaks minimaux du prototype « The Busyness »

Pour autant, que les adeptes de la première heure se rassurent, si « Good Things » s’inscrit résolument dans une démarche novatrice pour le groupe, quelques titres d’un rap aussi direct qu’efficace ont subsisté au changement, comme en témoignent les très réussis « Rome » et « Trance Fat ». Au final, loin de s’endormir sur ses lauriers, Looptroop Rockers fête ses dix-sept ans de carrière avec un album hybride à classer quelque part entre rap, reggae, ragga, electro et influences diverses. Une prise de risque salutaire qui ne se fait pas au détriment de la qualité, c’est suffisamment rare pour souhaiter au groupe de se faire entendre au-delà de ses frontières

En écoute

1. The Building     

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire