Looking For John G – « s/t 60 »

s/t[Maxi]
01/11/2004
(Autoproduit/Autoproduit)

Looking for John G ou l’art et la manière du contre-pied, du rebondissement, du coup de théâtre… Les trois Parisiens nous livrent une première démo simple (trois titres), dans un emballage neutre, mais diablement efficace. Enregistrée au Studio des Prairies chez Stéphane de Gantz en novembre 2004, le son s’avère à la hauteur des ambitions du trio. Certes, certains passages manquent encore un peu d’envergure, mais pour une première sortie studio, les John G s’en sortent haut la main. L’exercice débute avec un « Happy Hunting » déstructuré, mais pas décousu pour un sou. Le chant, au premier abord timide et lointain, accompagne parfaitement le travail de sape entrepris par les instruments, notamment cette guitare alambiquée qui s’autorise des embardées hors des sentiers battus. Car il s’agit bien, comme souvent avec les John G, d’une véritable épopée sonore, expérimentale et psychédélique. Un brouhaha sans forme à la première écoute, qui se structure progressivement jusqu’à paraître limpide, évident. Le deuxième titre de l’opus, « Mother’s Day Camp », s’engage sur une longue plage ambiante, tout à la fois pesante et aérienne. Longue montée de quatre minutes, les amateurs de City Of Caterpillar seront ravis, qui s’achève par une explosion rock ‘n roll à la manière d’un Refused ou, plus récemment, d’un Jr Ewing en grande forme. L’ultime morceau, « Red Dress And Golden Shoes », reste fidèle à la couleur générale de la démo: alternance d’envolées lyriques et de décollages ascensionnels, accélérations brutales, rythmes saccadés, silence puis redémarrage tonitruant… Contre-pieds, rebondissements et coups de théâtre, on vous avait prévenu!

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire