Lonely Walk – ‘Teen’

Album / Born Bad / 11.12.2015
Post punk de fin du monde

Un crane, une tombe, et une année de merde. Voilà, en substance, ce qui parcourt les travées du deuxième album de Lonely Walk, mené par le bordelais Mickaël Apollinaire, également croisé chez Strasbourg et autrefois chez Crane Angels. Au milieu de tous ces projets, Lonely Walk est le groupe dont il est le plus proche, tel un double qui lui susurrerait de sombres conseils à l’oreille.

Pour ‘Teen’, et pour la première fois, la composition s’est faite collectivement, faisant de cet album le premier enregistrement d’un groupe auparavant assujetti à une seule vision qui plongeait son post-punk dans des rythmes plombants et des ambiances de mort, à deux doigts du gothique. Centré autour d’une nouvelle configuration, ‘Teen’ se montre plus classique dans son esprit et son exécution. Toujours aussi sombre, le post punk du groupe accompagne cette fois des envies d’apocalypse, de jugement dernier et de guerres terminales.

Tourné vers une fin toute proche, l’album s’accorde en deux temps avec cette ambiance funeste. D’abord, au plus proche du punk sur ‘Common Sense’ et de quelques pas de danses sur les synthés de ‘Coverage’ et ‘PGL’, avant de s’engouffrer dans une seconde partie ou les rythmes cessent de s’emballer, ralentissant au fur et à mesure pour laisser la place à des ambiances de cathédrales érigées en ultimes remparts (‘Black Dragonfish’, ‘Judgment Night’).

Pour sa nouvelle salve, Lonely Walk a donc choisi de prendre de la hauteur et de nous chanter la fin de tout, par le biais d’un post-punk dont les deux faces illustrent l’évolution d’un projet toujours plus affirmé, et que l’on espère bien entendre jusqu’à la fin du monde.

aecouterenpriorite

‘Common Sense’, ‘Coverage’, ‘War’, ‘PGL’, ‘Rosie’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire