Lo Tom – ‘Lo Tom’

Lo Tom – ‘Lo Tom’

Album / Barsuk / 14.07.2017
Pop rock

Les retrouvailles entre vieux copains donnent souvent l’occasion d’un bon gueuleton. C’est sans doute ce qu’ont dû faire David Bazan et TW Walsh, deux anciens Pedro The Lion, en s’entourant du binôme de Starflyer 59 (Jason Martin et Trey Many) pour fonder ensemble Lo Tom. En quelques sessions de travail et deux week-ends de studio, le quatuor donne naissance à un premier album éponyme qu’il annonce et défend, en toute décontraction, comme une simple récréation.

Ce qui pète immédiatement aux oreilles, c’est la patte inéluctable de David Bazan qui, ici à la basse, continue d’écrire des lignes mélodiques imparables qu’il agrémente de sa voix subtilement cassée et toujours aussi envoûtante. Toute la saveur du disque ne tient alors qu’à la capacité du bonhomme à nous faire frémir sur une grande partie des titres, surtout lorsque l’ombre de Pedro The Lion vient poindre au tournant (‘Covered Wagon’, ‘Overboard’, ‘Bad Luck Charm’, ‘Pretty Cool’, ‘Lower Down’), dans une maitrise des espaces et cet incontournable mid-tempo émotionnel que lui et son compère T.W. Walsh affectionnent tant. Toute la vigueur d’un groupe majeur se réveille alors à en espérer une reformation prochaine. Cependant, l’autre penchant du disque nous détourne des grandes réjouissances d’un tel line up recomposé. Dans une inclinaison plus blues rock qu’un Tom Petty aurait volontiers pris sous son aile (‘Bubblegum’, ‘Another Mistake’, ‘Find The Shrine’), le quatuor s’éloigne d’un propos plus prégnant, se révèle alors plus anecdotique, même soutenu par une interprétation impeccable ne laissant apparaitre aucun défaut de fabrique.

Parenthèse dans les carrières bien remplies de ses protagonistes, l’album nous laisse mi-figue mi-raisin, mais parvient cependant à réveiller par instant – et avec bonheur – le fantôme de Pedro The Lion. Sans égal, David Bazan est et sera toujours un songwriter au charisme énorme, doublé d’une force de travail intarissable qui, lorsqu’il n’est pas à sillonner inlassablement à longueur d’année les Etats Unis, de concerts en appartements en shows plus conventionnels, mérite bien le droit à quelques légèretés avec ses potes.

ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
‘Overboard’, ‘Bad Luck Charm’, ‘Lower Down’

Tags:
,
No Comments

Post A Comment