Life Long – « Longevity Volume1.5 »

Longevity Volume1.5[Album]
28/01/2008
(Ascetic/Nocturne)

Life Long, un nom qui vous sera peut-être familier sans pourtant que vous puissiez y coller un disque, ou même un groupe. Et pour cause, sa carrière ne se sera faite, jusqu’à aujourd’hui, que par le biais de maxis et de mix tapes que seuls les plus férus de hip hop passent leur temps à courir. Pour les autres, le sujet sera beaucoup plus vague et mérite quelques éclaircissements… Il faut remonter à la fin des années 90, en 1997 exactement, pour entendre parler de Life Long. A cette époque, il décide de monter Stronghold, un groupe réunissant quelques-uns des plus talentueux Mcs new yorkais (C-Ray Walz, Immortal Technique, Breez Evahflowin, Poison Pen), et qui marchera souvent en parallèle de la Atoms Family, plus connue grâce aux très talentueux Cannibal Ox qui finiront d’ailleurs chez l’incontournable Def Jux. C’est dans cette frange plutôt pointue du hip hop qu’on retrouvera quelques-unes de ses collaborations: sur les « Tragic Epilogue » d’Antipop Consortium, « The Cold Vein » de Cannibal Ox, « The Majesticons » de Mike Ladd, sans compter quelques apparitions aux côtés d’Aesop Rock, Zion I, Tes, ou Killah Priest pour n’en citer que quelques-unes. Logique donc qu’après tant d’années passées au service des autres ou d’un collectif, Life Long décide de penser un peu à lui et d’accoucher de son premier album. Pour « Longevity », le new yorkais a voulu proposer une sorte de panorama le plus exhaustif possible de la manière dont pouvait sonner le hip hop de la côte Est des Etats Unis, en partant des racines jusqu’au Golden Age. Pour cela, le Mc a sorti son épais carnet d’adresses et a fait appel à quelques-uns de ses plus fidèles compères. Mista Sinista (X Ecutionners), Iomos Marad (All Natural), Apani B Fly, Poison Pen et U.G. (Cella Dwellas) viennent donc lui donner la réplique tout au long de cette douzaine de titres. Et, une fois passée l’intro de Minista Sinista composée d’extraits de journaux télévisés français et qu’on imagine donc exclusive à notre territoire, c’est du classique qu’il faudra venir chercher ici, celui ou les samples de violons et de piano sont légion (« Move! Get Up! », « Scandelous Success », « Artistry »). Une formule qui en gonflera assurément certains, mais qui n’est pas sans déposer quelques très bons titres qui raviront les éternels nostalgiques de la faste période des années 90 (« Simple Pleasures » oxygéné par les voix féminines d’Apani B Fly et Tia Thomas, un « Long » bien fat, l’ultra efficace « Skrypt Keepahs »). « Longevity » ne se destine donc pas à tous les aficionados de hip hop, mais saura certainement trouver les plus puristes d’entre eux, ceux reconnaissant qu’il vient réparer l’injustice qu’un tel Mc de longue date n’ait encore jamais sorti d’album solo auparavant

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire