Leroy Brown – « Color Barrier »

Color Barrier[Album]
24/10/2005
(Makasound/Discograph)

Des Brown, ce n’est pas ce qui manque dans le répertoire artiste de la scène reggae. Après Glen et Dennis avec qui il n’a aucun lien de parenté, Leroy est de ceux qui n’ont marqué qu’un temps, pour malheureusement n’être courus que par les férus collectionneurs depuis que « Color Barrier », cet album inédit en CD, réédité cet automne par Makasound et agrémenté de maxis et inédits, est sorti en 1976 de manière pourtant très confidentielle sur Caturna, label du bonhomme, sous le titre « Prayer Of Peace », avant d’être réédité une première fois sur Makossa en 1981

Méconnu de beaucoup, Leroy Brown est découvert jeune par Alton Ellis, frappé par la voix du jeune homme qui aimait chanter à un coin de rue de Trenchtown, un de ses passages quotidiens. Séduit, il l’emmène en studio pour améliorer son chant et étudier les harmonies. Emmené ainsi sur la voie du succès, ce n’est qu’au milieu des années 60 que Leroy se lance sérieusement dans la musique, notamment en rejoignant Max Romeo et The Emotions puis en jouant et chantant au sein des Hippy Boys. Il opte ensuite pour une carrière solo et enregistre « Color Barrier » entre 1976 et 1982, co-produit avec Robbie Shakespeare et enregistré dans différents studios (Channel One, Treasure Isle, King Tubby’s, Sound Canada…) avec des musiciens aussi talentueux que Sly Dunbar, Leroy Wallace, Earl Chinna Smith, Augustus Pablo, The Chosen Few pour n’en citer que quelques uns

Le rééditant aujourd’hui, Makasound nous fait donc découvrir un reggae roots à la fois classique et atypique, marqué essentiellement par la voix délicate de Leroy Brown qui fait, par exemple, des « Color Barrier », « African Roots », « Don’t Give Up », « Mind How You Talk », ou « Gone Gone featuring Captain Charghand » certains des meilleurs titres de ce disque qu’il aurait été injuste de laisser définitivement au rang des oubliés.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire