Lena – « Lost Wax »

Lost Wax[Album]
16/10/2008
(Plush/Abeille Musique)

On vous disait dans la chronique de son précédent album, « The Uncertain Trail« , que Lena se posait probablement comme un des derniers sauveurs du dub français, depuis que ses pères fondateurs s’en sont allés fricoter ailleurs. On aurait peut-être mieux fait de se taire. Parce que le Nantais s’est lui aussi assez sensiblement éloigné du genre avec son nouveau « Lost Wax »

Moins dub donc (même si c’est Moritz Von Oswald du duo Rhythm&Sound qui masterise l’album), mais toujours aussi bon, ne vous inquiétez pas. Mathias Delplanque aka Lena s’est cette fois-ci amusé à inventer un improbable puzzle dans son studio à partir d’enregistrements que lui ont envoyés divers amis musiciens. Son Floating Roots Orchestra (l’orchestre aux racines flottantes, pour les nuls en Anglais), comme il l’a nommé, est donc composé de personnalités issues du jazz, du post-rock, des musiques du monde et de la pop. Outre les plus connus Rob Mazurek, Black Sifichi ou Julien Jacob, on y trouve aussi parmi d’autres Charlie O (organiste croisé chez Katerine ou Peter Von Poehl) ou encore Alice Lewis (chanteuse entendue chez Sébastien Tellier ou Le Sacre Du Tympan). Que du beau monde, donc

Tout le challenge pour Delplanque était de se triturer suffisamment les méninges pour composer des morceaux cohérents à partir de toutes ces bribes éparses, et le résultat est pour le moins impressionnant. L’album s’écoute en effet d’une traite et jamais on est amené à penser que telle ou telle partie détonne. Ce n’était pourtant pas gagné sur le papier de faire cohabiter la voix exotique de Julien Jacob sur cet instrumental electronica bleepé (« Crossroad »). Ce qui n’empêche pas le morceau d’être un des meilleurs de l’album. Et si la musique de Lena ne correspond plus à aucune étiquette viable, on peut tout de même parier qu’elle saura séduire les amateurs de downtempo jazzy ou de post-rock vaporeux. Un morceau comme « Caribou Veins » par exemple ravira sans aucun doute ceux qui se demandent où est passé le Tricky des débuts. Plusieurs autres plages auraient aussi eu leur place sur les meilleurs disques de Boards Of Canada

Mais loin de la froideur électronique, Delplanque sait parfaitement faire sonner les instruments, comme s’ils étaient dans la pièce. Cordes caressées, touches de piano effleurées, caisses claires balayées, cuivres tamisés, « Lost Wax » est presque une musique de chambre. Une musique qui éveille les sens en tout cas. A écouter plutôt à deux par conséquent..

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire