Lee Burton – « Busy Days For Fools »

lee1801Album
(Klik)
12/03/2012

Plus besoin d’être économiste pour savoir que la Grèce va mal. La crise l’a frappée. Manifestations, chômages, endettements, récessions, la liste des troubles se prolonge et personne ne semble pouvoir y remédier. On parle de la France, surtout de l’Allemagne, mais que peuvent-ils réellement faire? Et dans combien de temps? Consolation: si l’adulte a toujours appris suite aux catastrophes, il a également trouvé perpétuellement dans l’art une manière de s’en sortir. Indirectement, Lee Burton s’impose donc en sauveur. Exilé en Allemagne depuis quelques années (le monde est petit), ce grec d’origine, vient de remplacer la Grèce par la grâce.

Certains le connaissent peut-être sous le nom de Liberto, à partir duquel il a sorti un disque de house agréable et intelligemment mixé. Pour les autres (certainement une grande majorité non?), il est temps d’écouter « Busy Days For Fools », œuvre douloureuse à apprécier dans la pénombre d’une cave, sous une lumière crue. Une grille de lecture simpliste de cet album, splendidement calme, serait de le considérer comme un disque de deep house, d’électronica ou de folktronica. Une telle interprétation s’avère être juste mais elle omet les effluves minimalistes et techno des plus envapées, qui font de Lee Burton un observateur de son temps. James Blake et Fink, on pense à vous.

Si « Busy Days For Fools » n’est pas indispensable, il est précieux comme instantané d’un monde encore et toujours traditionnel. Directement issue d’une révolution industrielle – certains titres le démontrent (« Boymen », « Analise This ») – cette électro, planante et acoustique, est idéale pour rentrer de soirée, en dessoulant sans effort.

En écoute

itunes16

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire