Le Villejuif Underground – ‘When Will The Flies In Deauville Drops?’

Le Villejuif Underground – ‘When Will The Flies In Deauville Drops?’

Album / Born Bad / 01.02.2019
Bricolage & rock’n’roll


Ambition ou je-m’en-foutisme ? Véritables escrocs ou manipulateurs ? Vision à long ou court terme ? A vrai dire, nul ne sait vraiment dans quelle direction se dirigent les membres du Villejuif Underground. Qualifiée d’ingérable par son propre label, cette bande de musiciens aux allures de branleurs prétentieux ne cesse pourtant de créer une certaine forme d’empathie autour d’elle tant elle séduit et ne laisse pas indifférent. Fruit de la rencontre entre un australien sans papier resté en France pour l’amour d’une fille et trois banlieusards du sud de Paris, ce groupe a tout de l’authenticité du hasard, tant dans son histoire que dans sa musique. Après avoir publié un EP intitulé Black Heavy Matter il y a presque deux ans, la bande de Nathan Roche poursuit l’aventure aux cotés du label Born Bad, et sort en ce début d’année son second album, pure merveille auditive et addictive où se mélangent fantaisie, bricolage, absurdité et génie.

Il y a dans ce disque – et dans la musique du Villejuif de manière générale – tout un tas de choses qui fleurent bon le naturel et le fait maison sans fioritures. On y trouve des mélodies simples et fun, accompagnées de rythmes dansants, quelques fois nonchalants, et des textes qui mêlent un quotidien aussi absorbant que ses anecdotes en sont incongrues. En parcourant les onze pistes de ce When Will the Flies in Deauville Drop?, on y découvre donc un hommage au mathématicien John Forbes (John Forbes), une anecdote croustillante sur John Cale (I’m Sorry JC), des souvenirs de tournée en Asie (Wuhan Girl), une réaction au drame du Bataclan (Bataclan) ou une certaine idée des châteaux hantés (Haunted Château). Quarante minutes où l’on se plait à flâner entre le cool et le sexy, comme si Mac DeMarco revisitait le One Foot In the Grave de Beck, ou bien encore comme si Lou Reed se faisait produire par la bande des Fat White Family ou des Insecure Men.

Adhérer au Villejuif Underground, c’est faire le choix de l’authentique, d’un retour aux choses simples, c’est voir le bon coté d’une ode à la paresse en lâchant prise quelques minutes afin d’oublier le sérieux d’une époque moribonde. Même si leur chemin est incertain, comme nous le disions plus haut, il reste certainement le plus beau et le plus intéressant tant il fait la part belle à l’instant présent et à l’insouciance. Ces mecs là vous tendent la main, alors saisissez là, vous ne le regretterez probablement jamais. Villejuif Underground forever !

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
John Forbes, I’m Sorry JC, Post Master Failure, Wuhan Girl, Bataclan, Haunted Chateau


No Comments

Post A Comment