Laurent Garnier – ‘A13’

EP / Musique Large / 24.03.2014
Electro

C’est indéniable, tout amateur de musique électronique attendait ce retour. Si on met de côté son passage éclair sur EdBanger en 2012 avec l’EP ‘Timeless‘, cette année marquera le vrai come-back d’un Laurent Garnier toujours aussi inspiré malgré les kilomètres de beats qui ont défilé dans ses chaussettes. Histoire de donner du pain à tout le monde, le producteur – ici sous le simple sobriquet Garnier – décide de sortir cinq maxis sur cinq labels indépendants différents en 2014. Une initiative que l’on ne peut que saluer, surtout lorsqu’on l’entend adapter son style à chaque structure en laissant toujours traîner cette signature musicale qui a façonné sa personnalité depuis ses débuts discographiques.

Même s’il y a de quoi s’étendre sur les premières sorties parallèles en version ghetto house sur le label de Chicago Still Music, comme sur 50 Weapons avec un EP orienté techno, soyons chauvins et intéressons-nous à sa contribution au catalogue Musique Large. Cette fois-ci, pas de référence à un vol Air France. Fulgeance et ses potes accueillent ici Garnier via l’’A13′, autoroute qui relie Paris à Caen, QG du label. Le polyvalent Garnier offre quatre titres hypnotiques globalement downtempo et aux mélodies ascensionnelles, à commencer par le sombre et synthétique ‘Revenge Of The Lol Cat’. Bientôt cinquantenaire, l’artiste montre d’étonnants signes de fraîcheur en faisant monter la tension tout au long d’un ‘Wise Words For No-Life Guacamoles’ largement imprimé de son indescriptible marque de fabrique. Le meilleur réside dans les deux rouleaux-compresseurs ‘The Rise And Fall Of The Donkey Dog’, qui rappelle Mondkopf pour la puissance, et le grassouillet ‘Dinosaurs Are Gone’.

Musique Large agrémente cet EP de quatre remixes qui n’ont finalement aucun rapport avec l’original. Par deux fois, Fulgeance intervient sur les prods de Garnier en donnant d’abord un côté trance et aérien à ‘Revenge Of The Lol Cat’, puis en signant un remix qui trouve une espèce de milieu entre house et bass music en compagnie de Darius Broodbecker pour son nouveau projet Claude. Baron Rétif et Concepcion Perez, autres artistes maison, proposent une vision ralentie et synthétique tandis que S3A transforme ‘Dinosaurs Are Gone’ en mini-tube house-funky à mille lieues du track de base. Son meilleur EP depuis ‘Gnamankoudji’ en 2009… en attendant déjà les deux prochains.

‘The Rise And Fall Of The Donkey Dog’, ‘Dinosaurs Are Gone’, ‘Dinosaurs Are Gone (S3A Remix)’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire