Last Days Of April – ‘Sea of Clouds’

Album / Tapete / 19.06.2015
Pop

Né pendant les années 90 en Suède, alors que le pays affrontait plus que jamais les rafales punk et hardcore dont il est encore aujourd’hui indissociable, Last Days Of April a toujours défendu haut et fort l’école pop scandinave. Désormais perché sur vingt ans de carrière qui l’ont vu passer par de nombreux changements de line up, le groupe peut compter sans faille sur son leader, Karl Larsson, auteur avec ‘Sea Of Clouds’ d’un neuvième album des plus libérés et matures au cours duquel fusent sans interruption ce que l’on peut considérer comme quelques-unes de ses plus belles mélodies. Revendiquant l’héritage de Neil Young et des Lemonheads, le frontman souligne sa voix claire et cristalline à grands renforts d’instrumentations authentiques, réduites à l’essentiel, avec parfois même une guitare acoustique ou un piano comme seul soutien. Les percées électriques se faisant rares (‘The Way Things Were’, ‘The Thunder & The Storm’), l’album – à l’image de ‘Oh Well’, ‘Everybody Knows’ et ‘Every Boy’s Dream’ – plie plus volontiers sous le poids de la mélancolie, sombre même dans la noirceur sur le titre éponyme, sans omettre d’ériger quelques ponts avec le reste de la discographie. Parce qu’il existe réellement un savoir-faire Last Days Of April qui s’exprime ici sur les compositions plus enjouées, de ‘The Artist’ à ‘Get You’, en passant par ‘Someone For Everyone’. Enregistré en un peu plus de deux jours sur bandes analogiques, ‘Sea Of Clouds’ est un instantané pop bourré de charme, une bouffée d’air frais sans prétention jouée avec le coeur et les tripes, une petite douceur dans un monde de brutes.

‘The Way Things Were’, ‘Oh Well’, ‘Everybody Knows’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire