Lab – « Derrière La Pluie »

Derrière La Pluie[Album]
18/02/2003
(Mille Milliards/Pias)

Bien que faisant partie intégrante de cette scène novo dub française, Lab a toujours cultivé une certaine différence musicale vis à vis de ses collègues de scène que sont Zenzile, Kaly, High Tone et consorts. Plutôt porté sur un mélange habile de rock et de musique électronique, « Taffy Ap » montrait il y a déjà deux ans que les parisiens possédaient sans aucune contestation possible leur véritable identité musicale. A l’approche de ce nouvel album, il nous était impossible d’en prévoir quoi que ce soit tant le groupe reste des plus imprévisibles de par ses nombreuses connections et influences

Désormais dans les bacs, « Derrière La Pluie », dont la pochette est un clin d’oeil au bondage (pratique artistique asiatique et contemporaine faisant du corps humain une matière première), nous arrose d’une musique torturée voire inqualifiable et malsaine. Dés les premières notes de cet album, Lab nous lie à sa musique, capte toute notre attention et nous emmène dans son univers créatif sans jamais être opposé à une quelconque réticence de l’auditeur. Car en effet, rien de plus simple pour qualifier l’electro dub des parisiens. On adore ou on déteste. Si des morceaux tels que « With A Velvet Tread », « Derrière La Pluie », « Le Visage Dans Ma Bouche », ou « Dub Et Ridicule » ne sont pas si éloignés des productions précédentes bien qu’ils aient chacun leur dose d’originalité et d’intérêt, Lab montre véritablement son nouveau visage sur tout le reste de cet opus. Les influences de la scène techno se font clairement ressentir sur des titres comme « The Skeleton Eye » et surtout « Solness », marqués par une rythmique au tempo élevé, une basse ronde et omniprésente, des riffs de guitares apocalyptiques et des effets oppressants qui savent subtilement s’effacer lors de breaks ralentis et efficaces qui permettent à l’auditeur déboussolé de reprendre son souffle et ses repères. A l’inverse de cela, le groupe sait se faire beaucoup plus épuré et expérimental (« Sans Jamais Exclure Le Sabotage ») avec des rythmiques lentes et lourdes laissant la part belle aux diverses incursions bruitistes sources de malaise. Mais ce n’est pas tout. Avec ce « Derrière La Pluie », Lab prouve toute sa diversité en proposant des rythmiques variées et néanmoins très groove comme sur « Revient Aux Témoins » (ou la batterie précipitée ne pointe le bout du nez qu’après de longs plans aériens pour finalement monter en intensité et exploser sur la fin), ou « Tvojna Sudbina » pas si éloigné d’un hip hop psychédélique. Encore, « Screw Loose » semble combiner tout les éléments de ce nouvel album à lui tout seul puisqu’il mêle habilement tempo techno, groove dub à la rythmique appuyée, contraste des intensités et effets sonores des plus tripant. Enfin, le combo nous donne le coup de grâce en exprimant toute son influence rock au sein du renversant « En Ligne De Fuite » ou la guitare se fait des plus électriques et se fond parfaitement au sein d’une section basse-batterie très fournie et omniprésente

En bonus de cet album monumental, les heureux possesseurs d’ordinateur pourront apprécier la toile visuelle proposée sur scène lors du morceau « Revient Aux Témoins » et née du V Jaying

Lab poursuit donc sa carrière de la plus belle manière avec ce nouveau long format. Non contents de ne pas reproposer du déjà entendu, les membres parviennent encore une fois à nous surprendre grâce à leur créativité musicale sans borne. Digne d’une scène d’angoisse dans des caves humides interminables et angoissantes, ce « Derrière La Pluie » possède une personnalité bien marquée, illustre la différence que cultivent les parisiens. Nous sommes subjugués à chacun des morceaux et force est d’avouer que le dub s’avère, malgré ce que l’on peut croire, ouvert à de multiples expériences. Derrière la pluie, le soleil…

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire