La Celula Durmiente – « Postumo »

celu180Album
(BCore)
12/2011
Pop rock garage

Comme vous, on a failli se faire prendre: bien qu’il ait intitulé son nouvel album « Postumo », La Celula Durmiente n’est pas mort, a même encore pas mal d’énergie à revendre à en croire cette dizaine de nouveaux titres n’ayant jamais affiché une aussi solide cohérence musicale. En effet, quand l’inspiration de Joan Colomo l’emmenait autrefois de la pop au punk en passant par le tex mex et autres influences encore, il se cantonne cette fois à une pop rock lorgnant vers le garage, qui laisse parler sans retenue son efficacité mélodique, à la façon du regretté Jay Reatard. Pas brimé pour autant, le songwritter espagnol ne laisse entrevoir aucun signe d’étroitesse, plutôt un immense plaisir à aligner des tubes si puissants qu’ils parviennent à occulter cette langue ibérique qui pourrait en rebuter certains. Car c’est évident, on se délecte dès l’entame du disque des « Cancion Postuma », « Carnaval », et « Deriva », trois titres qui donnent la mesure de l’album tout entier et qui prouvent qu’on peut entrer aussi facilement tête la première dans l’univers de La Celula Durmiente que dans celui de bons nombres de formations anglophones qu’on nous vend à grands coups d’articles dithyrambiques. Et si Colomo pourrait très bien se mettre à chanter dans la langue de Shakespeare comme il le faisait du temps de Zeidun, il préfère désormais lorgner vers le trône de figure du rock indépendant local qu’il est incontestablement devenu, lui qui par sa discographie longue comme le bras y est déjà considéré comme un vétéran. « Postumo » vient donc s’y ajouter en transpirant l’expérience de son mentor par tous ses sillons.

Disponible sur
itunes15

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire