Kurt Vile – « Walking On a Pretty Daze »

kurt180Album
(Matador)
09/04/2013
Indie folk

Petit à petit, et depuis son départ de The War On Drugs dont il était l’un des membres fondateurs, Kurt Vile creuse le sillon de sa carrière solo, infiltrant le canal historique du psychédélisme et du folk américain, par le biais d’une voix, et d’un jeu de guitare qui confère à sa musique une simplicité frôlant l’insolence. Avec ce cinquième album, son plus ambitieux à ce jour, il renouvelle ses chansons par petites touches, s’adonnant à l’efficacité d’une part, tout en développant comme jamais auparavant, l’amplitude majestueuse de certaines autres.

Des l’intrusion à pas feutrés du paisible « Walking On A Pretty Daze », on est surpris pour la première fois par les longues traines que réservent certains morceaux, oscillant entre 8 à 10 minutes pour certains. Au cours de ces digressions, le guitariste prend le soin d’associer son instrument à de nouveaux matériaux, tels que de subtiles touches électroniques sur « Was All Talk », et un orgue sur le très beau « Girl Called Alex ». Par deux fois, Kurt Vile le placide donne dans une immédiateté en contraste total avec l’atmosphère générale de l’album. Attaché depuis toujours à sa Philadelphie natale, il semble vouloir s’en extirper sur l’électrique « Kv Crimes » et « Never Run Away ». On sort alors le fouet, prêts à fustiger ces deux écarts qu’on pense destinés aux stades, et au début d’une éventuelle déchéance. Quant une fois de plus, la magie opère, la voix se fait plus incarnée que jamais, nous laissant sans défense face aux multiples mouvements que ce brillant jeune homme donne à sa musique.

On aurait pu glisser sans peine Neil Young ou encore Bob Dylan dans les travers de cette chronique pour justifier une éventuelle affiliation. Pourtant, Kurt Vile n’en a nullement besoin. Dans la lignée de son très beau « Smoke Ring For My Halo« , l’ex-War On The Drugs impose le respect avec une maitrise fascinante. Jouant sur les héritages lointains, mais en creusant à la fois sa propre voie, Kurt Vile est aujourd’hui un des tous meilleurs émissaires de ce folk tendu entre la campagne et la ville, l’intimisme et l’accessible, dans un rôle de passeur tranquille, mais néanmoins, toujours sûr de sa force.

itunes25

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire