Koudlam – ‘Benidorm Dream’

Album / Pan European / 12.10.2014
Symphonie synthétique

Benidorm. Ses gratte-ciels, son béton à perte de vue, et ses cohortes de voyageurs attirés par le climat clément de cette station balnéaire espagnole, devenue symbole d’un certain tourisme de masse. Au milieu de ce rassemblement dégénéré, Koudlam a siégé, cherché l’inspiration, et composé, sans en dénoncer les excès, en y voyant plutôt un lit d’onirisme ou construire ses morceaux. Ainsi, Benidorm est devenu un point de départ, une sorte de repère nébuleux d’où partent EBM, R’n’b au vocoder, et Eurotrance, tous passé sous le joug du producteur.

Disparate dans ses formes, ‘Benidorm Dream’ s’unit dans la vision de son auteur, dans ce regard qu’il a posé sur la ville, le touriste anglais et une plage bondée. En son sein, de profonds courants soufflent et le traversent, poussés par exemple par une longue complainte r’n’b, ce ‘Tycoon of Love’ bien dans l’esprit d’un Kanye West période ‘808s and Heartbreak’. Forgés dans le monolithisme, les kicks et les nappes érigent des montagnes russes ou un single pour freaks – ‘Negative Creep’ – côtoie ‘Transperu’, une ode à l’élévation.

Profondément marquée par les gimmicks formels de la musique de masse, celle de Koudlam – qu’elle trouve ses repères dans le hip-hop (‘The Landsc Apes’) ou dans les bras musculeux de Nitzer Ebb (‘The Magnificent Bukkake (1756-1785)’) – est viscéralement vibrante de nerfs et de muscles, se débat pour faire plier ses courants récalcitrants, les orchestrer au nom d’une ambition commune qui consiste à en donner une autre vision, celle ou Benidorm serait sous son apparente vulgarité, le réceptacle d’une profonde mélancolie qui, derrière les nappes, gronderait lentement mais surement.

Déroutante, la musique de Koudlam empreinte sur ‘Benidorm Dream’ de nombreuses intersections qui empêchent une unité de formes. En vérité, c’est un album qui s’unit sur le fond, sur cette manière qu’a son géniteur de sonder une certaine culture du vide pour en dégager une beauté bleue, qui voit en la communion une lutte contre la solitude.

‘Ouverture’, ‘Negative Creep’, ‘Transperu’, ‘Tycoon Of Love’, ‘The Landsc Apes’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire