Klaxons – « Surfing The Void »

klax180Album
(Because)
23/08/2010

Trois ans que le successeur de  »Myths Of The Near Future » se faisait attendre, trois années durant lesquelles les quatre Klaxons ont tourné dans le monde entier, avant de s’engluer dans d’interminables sessions studio.  »Surfing The void » arrive donc avec plus d’une année de retard sur le planning initial des nouvelles idoles britanniques. Alors, personne ne sera surpris de lire que son contenu révèle aisément le chaos dans lequel il vit le jour: trois producteurs se sont succédés pour recommencer à chaque fois de zéro, ou presque, une première mouture de l’album – vraisemblablement trop psychédélique – ayant même été refusé par Polydor. Et pour cause,  »Myths Of The Near Future » avait généré un tel phénomène qu’on imagine mal le label laisser trop de marge à sa poule aux oeufs d’or.

Pourtant, ce nouvel album se révèle être bien plus dense et moins accessible que son prédecesseur. Dès l’entame,  »Surfing The Void » renoue pourtant avec une britpop des plus classiques, lorgnant sans états d’âme vers le dernier KoL. Le groove fluorescent ne semble plus d’actualité, un constat confirmé ensuite via un net changement de couleur, et définitivement entériné avec le morceau éponyme, très représentatif de la volonté bien cachée derrière ce nouvel opus. Les Klaxons batissent alors une crypte morbide, dominée par une batterie frénétique, décorée par des claviers chaotiques et des hurlements tout droit sortis d’outre-tombe. Ce titre diabolique rappelle avec succès  »Draw Japan » ou  »She’s The New Thing » du premier The Horrors.

Une fois passés les efficaces mais dispensables  »Calm Trees » et  »Venusha », la seconde partie de l’album devient tout aussi exaltante. Les Anglais tissent un psychobilly réactualisé, enrichi d’envolées glam ou de légèreté pop pour des morceaux progressifs dont l’épilogue n’est toujours qu’une explosion définitive et sans issue. Certes, les Klaxons sont loin d’être aussi libidineux et sulfureux que les Cramps et sont, de plus, bien plus polis et sérieux que The Horrors. De quoi paraitre un peu gentillet pour les oreilles les plus aguerries, les quelques morceaux semblent-ils exclusivement conçus pour la FM britannique ( »Twin Flames »,  »Future Memories ») ne le contrediront pas. Malgré tout, dès que le combo ose revenir dans le brûlot horrifique, leur son a une toute autre gueule. Le dantesque  »Cypher Speed » conclut ainsi de la meilleure des manières un  »Surfing the Void » particulièrement mitigé.

Plus complexe que  »Myths Of the Near Future », moins formaté dans ses meilleurs moments, « Surfin The Void » ne laisse pas la place à un nouveau « Golden Skans », mais se dépatouille finalement bien des nombreuses péripéties auxquelles il aura du faire face. Finalement hétérogène, et sans jamais souffrir de l’absence d’un véritable fil rouge, cet opus affiche des compositions rigoureusement développées, levant les doutes sur la pérennité des Klaxons. Espérons désormais qu’à l’avenir, ils puissent s’abstraire de toute influence britpop – difficile pour des Anglais… – pour se laisser définitivement aller à leurs ambitions apocalyptiques.

En écoute


Disponible sur
itunes14

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire