King Tuff – ‘The Other’

King Tuff – ‘The Other’

Album / Sub Pop / 13.04.2018
Pop psychestivale


Si Kyle Thomas est clairement identifié comme un acteur majeur de la scène garage californienne, il n’est pas du genre à courber l’échine devant les étiquettes qu’on veut bien coller à sa musique. Ainsi, après trois albums, de nombreuses tournées éreintantes, suivis de plusieurs années passées en tant que guitariste de l’ange blond et de ses Muggers, il a réactivé King Tuff en se mettant plus que jamais à l’écoute de son inspiration, sans savoir ou celle-ci allait bien pouvoir le mener. Et il a bien fait : The Other aligne une dizaine de titres qui, non seulement transpirent l’été par toutes leurs notes, mais soulignent aussi un talent de songwriter qu’on aurait tendance à trop sous estimer.

Capable de coups d’éclat un peu trop esseulés au sein de ses premiers disques, Thomas fait preuve ici d’une constante qui laisse penser que ce quatrième album marquera un tournant certain dans sa discographie. The Other, ce monde caché et mystérieux d’ou les idées viennent, lui a semble t-il tendu la bonne main à en croire la fraicheur et l’authenticité avec laquelle le californien a mis au monde ce nouvel opus principalement composé à la guitare acoustique. Autoproduit dans son studio bâti pour l’occasion, à l’aide de tout un matériel qui lui était inconnu, The Other se voit offrir une spontanéité certaine offerte par les accidents de parcours, mais aussi par le plaisir retrouvé de ce bon vieux Kyle propulsé ici dans un univers pop psyché manifestement épanouissant puisqu’il s’est lui même chargé de tous les instruments, exceptés la batterie et le saxophone qu’il a respectivement confié à ses vieux potes Ty Segall et Mikal Cronin.

Volontairement plus aéré, plus arrangé et diversifié que n’importe lequel de ses prédécesseurs, l’album met en musique le nouvel esprit dont fait désormais preuve un King Tuff débarrassé de tout cynisme, pour mieux se reconnecter à la magie créative propre à l’enfance (Birds of Paradise). Ce qui l’amène à signer une poignée de tubes aussi apaisés que rayonnants, portés par une mélodie évidente (Thru The Cracks) ou sublimés par un groove dansant rendu irrésistible (Raindrop Blue, l’incontournable Psycho Star). Mais le reste du disque n’est pas à sous estimer pour autant : à l’aide de quelques gimmicks tombés du ciel, Kyle Thomas tient en haleine, par le pouvoir d’un harmonica (Infinite Mile), d’un riff bluesy (Ultraviolet) ou d’un synthé typiquement californien, à rendre Snoop Dogg vert de beuh (Neverending Sunshine). En abattant toutes ces cartes, ‘King Teuf’ dévoile donc un jeu rêvé pour définitivement mettre toutes les pendules à l’heure d’été, et signer un des albums les plus bénéfiques de cette année 2018.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
Raindrop Blue, Thru The Cracks, Psycho Star, Neverending Sunshine, No Man’s Land


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.