Kidz In The Hall – « Land Of Make Believe »

kidz180Album
(Duck Down)
29/03/2010
Hipster hop

Parler des Kidz In The Hall, c’est obligatoirement évoquer cette mouvance connue sous le nom de « hipster hop », devenue de plus en plus importante au sein du milieu rap et de la culture urbaine. Si, dans les années 40, le terme hipster désignait les amateurs de jazz (souvent blancs) adoptant une attitude décalée, des codes vestimentaires propres, et l’utilisation de l’argot, il fait plus récemment référence aux adeptes des jeans skinny, arborant des lunettes à grosse monture, et une coupe de cheveux improbable. La jeunesse afro-américaine n’étant jamais en reste, elle s’approprie désormais cette mode en la mixant avec des influences « fluo kids » (le style, pas le groupe) ou vintage. Et si, visuellement, tout nous renvoie aux années 80, il est logique que leur musique soit le prolongement de cette identité clairement affichée. Ainsi, difficile de ne pas les comparer à The Cool Kids qui revisitent et réinventent le rap minimal des eighties. Mais quand ces derniers gardent une posture clairement hip hop, Naledge et Double-O flirtent plus clairement avec un cross-over pop, new-wave et électro.

Pour ce troisième opus s’appuyant néanmoins sur de solides bases hip hop, on sent toute la volonté du duo d’affirmer une fois pour toute cette évolution musicale flagrante, et de justifier un parti pris artistique non moins risqué. Surfant sur ces acquis dans les soulful « Rise & Shine » et « Will II Win », Double-O ajoute une pointe de funk sur « Boogie Girls » et « LOVE », et joue la carte de l’efficacité sur « Traffic » ou « Out To Lunch » avec des basses bien puissantes, un beat qui claque sec et déjà quelques notes de synthé, encore assez discrètes. Mais la véritable rupture musicale se fait plutôt entendre sur « Take Over The World (feat Just Blaze & Colin Munroe) » et son synthé pour le coup prépondérant qui créera peut être quelques défections dans leur auditoire tant il sonne mainstream, variétoche et indigeste. « Simple Life » ou « Running », plus new-wave, peinent également à convaincre, tandis que « Do It All Again » ou le faux-original « Flickin » n’apportent clairement rien de neuf. « Fresh Academy » ou « I Am (reprise) » s’en sortent finalement mieux grâce à une influence électro mieux maîtrisée. Finalement, à toute cette débauche d’effets de style, on préfèrera  le classicisme d’un « Juke Box » autant dans l’air du temps, et surtout bien plus entraînant.

C’est donc à un vrai paradoxe que nous confronte « Land Of Make Believe ». Novateur par bien des aspects, on ne retient finalement que les tracks les moins hybrides, plus marquées par le hip hop que les tentatives « modernistes », toutes plus ou moins vaines. Les Kidz in The Hall maîtrisent sans doute parfaitement leurs basiques, mais semblent peiner lorsqu’ils s’essayent à un mélange des genres. A la fois réussi bien que quelque peu immature, c’est donc un opus aux deux visages qu’ils nous proposent, eux qui sont désormais acteurs majeurs de cette nouvelle scène hip hop, encore balbutiante mais pleine de talents prometteurs, dans laquelle des artistes comme Kid Cudi, Snoop, Jay-Z, viennent chercher l’inspiration. De là à représenter l’avenir, il n’y a qu’un pas.

En écoute

Disponible sur
itunes40

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire