Katerine, Francis et ses Peintres – « 52 Reprises Dans l’Espace »

kat180Album
(Barclay)
03/10/2011
Reprises loufoques

Alors qu’on le laissait tranquillement manger sa banane, notre ami Philippe en profite pour sortir une triple compilation, recueil de reprises cocasses de chansons qui ont marqué le livre d’or de la variété française. Jusqu’à aujourd’hui, 52 était le nombre de cartes dans un jeu, le nombre de touches blanches sur un piano, l’âge de la mort de Naopélon Ier… A cette liste sans intérêt viennent enfin s’ajouter ces « 52 Reprises Dans l’Espace », concept né il y a deux ans sous l’impulsion du jazzman François Ripoche qui, accompagné de son groupe Francis et ses Peintres et de l’extravagant Philippe Katerine, ajoutait chaque semaine une petite étoile dans le ciel noir de son website, symbolisant une nouvelle cover à écouter avec le sourire.

Ils s’attaquent ainsi sans scrupule et avec humour à des chansons pour la plupart intouchables, en restant fidèles aux originaux, n’en changeant que l’humeur ou la couleur pour échafauder une mini-anthologie à leur sauce avec le rictus malicieux du gamin qui poserait une punaise sur la chaise du prof. Derrière cette pochette absolument gerbante sont donc revisités des classiques plus ou moins sérieux à travers des instrumentations basiques, parfois construites avec des bouts de ficelle, et la voix de Philippe, tantôt insupportable, tantôt attachante, mais toujours inimitable. C’est une véritable cure de jouvence qui s’offre à ces tubes qui ont tant usé nos tympans, et qu’on prend ainsi plaisir à réentendre, métamorphosées par le cerveau allumé de cette équipe dont le seul but est de divertir son audience en se cachant derrière ces hommages évidents.

Même s’il nous arrivera de zapper quelques pistes un peu barbantes, on s’attardera sur la reprise potache de « C’est Lundi » (Jesse Garon), la fidèle reproduction de « La Boîte de Jazz » (Michel Jonasz), l’infernal « Assez Super » (Mino), le sensuel « C’est La Ouate »(Caroline Loeb), le saoûl « Les Brunes Comptent pas Pour des Prunes » (Lio), l’intolérable « Quand t’es Dans le Désert » (Jean-Patrick Capdevielle) ou la métamorphose de « Partir un Jour » (2Be3) qui termine à la limite du harcèlement moral. Katerine et ses potes vont chercher leur matière première là où personne n’aurait eu idée de fouiller, et tapent ainsi dans les hits les plus kitsch, du « Papayou » de Carlos à « La Queuleuleu » de Bézu, en passant par « Il Est Vraiment Phénoménal » ou « Saga Africa », proposant alors une solution alternative aux mariages beaufs. Mais le plus drôle, c’est quand Katerine chante la soupe commerciale contemporaine, qu’elle soit dance, R’nB ou hip-hop, avec un cahier de caricatures bien chargé. Ainsi passent à la casserole « Et J’Attends » (Leslie), « DJ » (Diam’s), « Roc » (Nadiya), et par dessus tout « Ma Benz » (NTM) ou « Ca m’Enerve » (Helmut Fritz) qui semble avoir été écrit pour lui… Parfait pour un blind test décalé, amusant pour les amoureux des vieux tubes de la variét’, essentiel pour les soldats qui suivent Philippe « huitième degré » Katerine dans sa quête d’absurdité musicale. A condition de porter la moustache bien sûr.

Disponible sur
itunes6

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire