Kaly Live Dub – ‘Allaxis’

Album / Jarring Effects / 16.09.2013
Dub(step) banal

La scène dub française, si prolifique et intéressante il y a dix ans, a un problème: elle reste prévisible, y compris quand elle tente d’innover. Au mieux, comme Ez3kiel, elle s’écarte radicalement du sujet et parvient à surprendre; au pire, façon Zenzile et son dernier album, elle perd toute inspiration en ne tournant pas totalement le dos à ses premiers amours.  Entre eux deux, High Tone a lui délibérément choisi de faire rimer évolution avec un certain  opportunisme, souvent avec brio surtout, en cédant au hip hop et au dubstep nettement plus en verve aujourd’hui. Pourquoi pas? Le virage est cohérent, la suite est logique. Pendant ce temps, Kaly Live Dub – désormais quatuor – continue de se chercher. Les lyonnais vous diront peut être que « Allaxis » – nouvel album impeccablement produit – est un condensé de toutes leurs influences, des musiques qu’ils aiment. De notre point de vue, on ne peut s’empêcher d’y voir un manque d’affirmation, une volonté de faire à la fois plaisir aux anciens, et d’injecter un peu de serum dans leur dub pour ne pas qu’il fane trop vite. Parfois ça passe (« Allaxis », « Find Us », « Enjoy »), souvent ça casse (« Run & Go Hide », « Can I MaKe a Wish », « No Bother Jump », soit toutes les contributions du chanteur Learoy Green), surtout parce que KLD ne fait qu’emprunter grossièrement des chemins que d’autres ont débroussaillé avant lui (« Chord Note », « No More Dread »): chose tout à fait excusable pour des rookies, nettement moins pour de tels vétérans. Plutôt que de soigner une efficacité qu’il maîtrise indéniablement, il serait donc grand temps que Kaly Live Dub relève enfin le challenge du risque et de l’originalité, deux piliers particulièrement branlant d’un « Allaxis » peu rassurant.

« Allaxis », « Find Us », « Enjoy »

À lire ou écouter également:

,

3 réponses à Kaly Live Dub – ‘Allaxis’

  1. Antoine Caillard 5 octobre 2013 à 16 h 06 min #

    Article bien frustré…

  2. Matada 6 octobre 2013 à 19 h 42 min #

    Album soit sans originalité totale mais qui reprend tout ce que l’on (je) attendait :
    une basse énorme, un son bien noir et envoutant.
    L’album dub pour moi du moment.

  3. JaHimself 28 octobre 2013 à 21 h 34 min #

    Je partage l’avis de l’auteur.

    Pour ma part je trouve intéressant d’utiliser la dubstep avec parcimonie . Mais ici ce n’est clairement pas du dub, sans toutefois être totalement de la dubstep. (Je reprend ton idée des « pilliers branlants »). Nombreux seront ceux qui gagerons de ce particularisme comme d’une qualité intrinsèque au groupe. Ceci dit on peut très bien faire du dub en utilisant des sonorités dubstep, et inversement.

    Le problème d’une musique synthétique comme la dubstep, c’est que le fait d’être un crew d’instrumentalistes perd tout son intérêt. En témoigne notamment le départ du claviériste « Auriculaire ». Même la basse est imperceptible sur la plupart des morceaux, alors que Five Keys est sans doute l’un des meilleurs représentant de la scène depuis pas mal d’ années.

    Malgré tout et on ne sait pas trop comment, Kaly Live parvient à conserver son caractère organique. C’est un autre style, tout de même aisément reconnaissable. Mais du combo force et finesse qui avait émergé avec Repercussions, et repris plus tard sur fragment, nous en sommes bien loin.

    J’avais entendu quelqu’un, avec excès lacher le mot « mainstream » il y’a quelques années. Bien que cet album s’éloigne de la mouvance, il ne s’en détache pas suffisamment pour ne pas y être rattaché.

Laisser un commentaire