Kaly – « Hydrophonic »

Hydrophonic[Album]
22/11/2002
(Dub Dragon/Pias)

Alors que Electric Kool Aid avait révélé à la France une véritable référence en matière de dub, ce nouvel album du groupe lyonnais était très attendu par de nombreux accros de basses massives et de rythmiques lourdes. Si l’on pouvait cependant reprocher à Kaly de manquer de temps à autres de relief dans ses compositions, force est d’avouer que ce « Hydrophonic » nous ôte tous doutes persistants

Dés le début, une nouvelle facette de la musique de Kaly nous saute aux tympans. Certes, la musique évolue toujours dans un créneau dub efficace mais de nombreux effets sont rajoutés donnant une certaine contenance à ce « Smoke Up » sur lequel Rod Taylor vient poser quelques lyrics donnant une couleur définitivement reggae au morceau. « Reverse » nous envoûte de sa ligne de basse et de sa rythmique simple mais appropriée se permettant de temps à autres d’accélérer le beat pour éviter toute longueur et monotonie. Kaly prend ensuite une orientation un peu plus rock dés les premières notes de « Funny Bway » beaucoup plus rentre dedans que les premiers morceaux. D’épaisses nappes donnent une profondeur inouïe au morceau sur lequel la section rythmique continue d’être irréprochable. « Youbati » opte ensuite pour une connotation arabisante tant dans la musique que dans le chant notamment grâce à la participation de Gnawa Njoum avant que Kaly ne rende indirectement hommage à Zenzile avec un « No Matter » très angevin et mélodieux montant doucement en intensité. Les lyonnais reprennent vite un aspect plus dense et évolutif sur « Spoke à l’Inter » qui finit par reconnaitre ses influences electros à la manière de ses voisins High Tone. « 30 Millions d’Ennemis » opte pour un penchant expérimental avant de faire preuve d’une technique phénoménale sur « Line Check ». « Jestering » restera également un des grands moments de ce « Hydrophonic », tout comme ce long et évolutif « Waiting For Tom Select » qui clôture l’album en trombe sur des rythmes drum n’bass appuyées par un ouragan d’effet rendant le silence final déplaisant

Kaly confirme donc tout le bien que l’on pouvait penser d’eux et réussi à gagner en maturité sans jamais dénaturer ni son image ni sa musique. Le groupe lyonnais devient de ce fait une référence indétrônable au même titre que Zenzile ou High Tone et prouve qu’il a le dub dans le sang. Jamais ce « Hydrophonic » ne souffre de longueurs nous poussant à écourter l’écoute. Les adeptes du genre feront dans leur pantalon à chaque écoute et Kaly ne se gênera pas pour en rajouter une couche. Alors que le groupe s’apprête sans aucun doute à arpenter la France de long en large pour une longue série de concerts, seuls les incontinents n’auront pas l’air con..

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire