Joe Lally – « Nothing Is Underrated »

Nothing Is Underrated[Album]
02/11/2007
(Dischord/Differ Ant)

Continuer d’exister alors qu’ils ne donnent plus aucun signe de vie, c’est un peu le signe particulier d’un groupe mythique comme Fugazi qui, en vingt ans d’activité, est devenu une des formations rock les plus innovantes et influentes de ces dernières décennies. Pourtant, plus rien depuis 2003 si ce n’est les projets solo de chacun marqués par des collaborations communes laissant penser que les braises ne sont pas encore totalement éteintes.

Ainsi, comme à chaque nouvel album de The Evens (projet de Ian McKaye) ou quand Guy Picciotto accompagne Vic Chesnutt sur sa tournée européenne, c’est un peu de Fugazi qui survit avec la deuxième sortie solo Joe Lally, son bassiste. Pas le plus excitant, on vous l’accorde, ce frêle barbu s’étant toujours maintenu en retrait, statique, comme pour s’appliquer du mieux possible à développer un jeu de basse unique, complexe et concis. Réussi mais quelque peu soporifique, « There To Here« , son premier opus sorti l’an passé, mettait sa personnalité musicale clairement en valeur, rappelant les quelques titres pour lesquels il empruntait parfois le micro à ses deux furieux guitaristes

Une nouvelle fois, on retrouve avec un certain enthousiasme cette tension caractéristique, ces lignes de basse réfléchies (« Tonight At Ten »), et ces contributions externes qui nous font toujours espérer un grand retour du combo de Washington DC plutôt que d’en faire définitivement le deuil. En effet, c’est aussi pour les guitares de Ian McKaye et Guy Picciotto qu’on se penche plus volontiers sur ce « Nothing Is Underrated ». Même si les rythmiques réparties entre les batteurs de Capitol City Dusters, Haram et Medications, ou la six corde d’Eddie Janny (Rites Of Spring) contribuent elle aussi à la richesse et l’originalité de ce disque

Mais, les détracteurs du premier album ne trouveront toujours pas leur compte sur cette nouvelle livraison, Joe Lally s’y montrant toujours aussi calme et introverti (« Map Of The World », « Pieces Of String », « The Space Program »). Les amateurs de rock énervé peuvent donc immédiatement faire impasse sur cet album, surtout s’ils se montrent totalement insensibles à une touchante mélancolie exécutée dans un registre que les fans purs et durs de Fugazi sauront apprécier. En effet, difficile de ne pas faire le rapprochement sur le mélodieux « Day Is Born » ou le bruitiste « Scavenger’s Garden » qui ouvrent ce disque et dont on retrouverait, en ne cherchant que peu, quelques lignes de basse similaires au sein de la discographie du quatuor

Pourtant, Joe Lally ne manque pas de creuser un peu plus l’écart avec son passé qu’il le faisait sur son précédent album. Ainsi, les petites perles que sont « Via Nomentana », « Skin And Bone » et « Painfully Aware » font clairement de ce « Nothing Is Underrated » un disque évident et plus abouti, dont on écartera plus facilement l’aspect soporifique (« Motora », « Door Closing », « Mistaken Identity ») pour n’en retenir que la science musicale qui en découle. Ne manque plus que l’intégralité de cette petite troupe vienne présenter ce nouvel album sur scène pour qu’on finisse totalement comblés

En écoute

 

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire