Jettators – « Milner Hotel »

Milner Hotel[Album]
01/11/2008
(Smoky Dale/Autoproduit)

Cafe Flesh, Gatechien, Billy Gaz Station, Headcases… Plus le temps passe, plus le Jarnac Sound s’impose et fait sa place dans le paysage musical indépendant de notre chère France: une tendance qui ne fait que s’affirmer avec l’arrivée de Jettators, nouveau représentant du son rock écorché et incandescent que la Charente a pris l’habitude de servir aux petits oignons. Une belle récompense quand on sait à quel point il est difficile de faire son trou (et d’en sortir) quand on ne vient pas de Paris, là ou il est de bon ton de tirer sur le pantalon des programmateurs de salle comme des journalistes. Et pour cause, comme leurs potes, Jettators n’ont d’autres arguments que leur registre pour lequel ils n’hésitent pas à se mettre les tripes à l’air. Leurs économies aussi d’ailleurs, car après quelques démos et un Ep, les deux frangins, uniques membres du groupe, se sont envolés vers Detroit pour mettre en boite avec Jim Diamond les dix titres de « Milner Hotel », premier album qui renvoie illico à la pulpe rock des années 90 (Sugar, Dinosaur Jr) et au garage des héritiers du MC5 (Dirtbombs, Hellacopters…). C’est donc une bonne louche de mélodies rutilantes et de distortion que le duo nous sert généreusement, alternant approche pop (« Have Mercy », « Hell-A-Cop’Song »), riffs tranchants sur des rythmiques à ressort (« He’s Back », « Intensive Care », « Wild Tornado »), cacophonies rock n’roll comme on les aime (« Seattle », « That’s My Own Rule »), le tout sans grande originalité mais avec une efficacité incontestable qui tient bien le pavé à certains grands pontes du genre. A force d’étincelles, Jarnac sent le chaud. Et nous, en bons cancres, on n’est jamais loin du radiateur

Ecoutez un extrait ici.

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire