Japandroids – « No Singles »

japan180Album
(Polyvinyl)
10/05/2010
Indie rock

Rééditer sa discographie épuisée alors qu’on a sorti qu’un seul album, c’est la rançon du succès que connait actuellement Japandroids. Et pour cause, auréolés d’un premier album qui figurait l’an passé dans la majeure partie des tops les plus influents, le deux Canadiens offrent en ce mois de mai l’occasion de se replonger dans leur rock intense et mélodique, pondu à la seule force de la formation batterie-guitare qu’ils incarnent. Comme son nom ne l’indique pas, « No Singles » compile les deux Eps qui leur servaient de faire valoir avant que « Post Nothing » attire toutes les attentions. Rapidement épuisés puisque tirés chacun à 500 exemplaires sur simples CD-R, « All Lies » et « Lullaby Death Jams » se voient donc offrir une nouvelle vie, bien méritée à les entendre, en marge de la série de singles que le groupe va également sortir ces prochains mois. Deux projets bien différents mais tout aussi indispensables tant ils renferment chacun des titres de grande qualité, parmi lesquels une poignée de brûlots se démarquent, que ce soit rythmiquement (« Darkness On The Age Of Gastown ») ou tout simplement parce qu’ils sont de grands moments de rock n’roll n’ayant aucunement à rougir de la comparaison avec l’album (« No Allegiance To The Queen », « Coma Complacency », « Press Corps »). A noter également l’excellente reprise – forcément adaptée au personnel restreint – de « To Hell With Good Intentions » des regrettés McLusky. Pour tout cela, « No Singles » s’impose comme une acquisition incontournable à tous fans du groupe. Les autres, même si on leur conseille d’entamer cet excitant périple noisy pop par « Post Nothing », pourront toujours prendre les choses à l’envers sans ne plus rien y comprendre. Une belle initiative tant il aurait été dommage que ces dix titres restent condamnés aux oubliettes.

En écoute

Japandroids – « Darkness On The Edge Of Gastown« 

Disponible sur
itunes33

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire