Jamika – « Helium Balloon Illusions »

Helium Balloon Illusions[Album]
19/02/2007
(Yotanka/Discograph)

Il est des destinées qui ressemblent à des romans… Jamika Ajalon grandit à Saint-Louis dans le Missouri. Elle s’en ira étudier le cinéma à Chicago, puis traînera ses guêtres quelques temps sur New York. La vie de bohème l’entraînera ensuite du côté de Londres où elle réside encore aujourd’hui. C’est en 1999, au Fridge, salle de concert mythique de Brixton, que cette poétesse, plasticienne et réalisatrice fera une rencontre déterminante pour son avenir… L’organisateur, sans concerter qui que ce soit au préalable, s’arrange pour qu’elle monte sur scène réciter ses poèmes lors du set d’un groupe de dub de passage, complètement tenu à l’écart de l’affaire. Le groupe s’appelle Zenzile. Et vous connaissez plus ou moins la suite..

Depuis, la belle a participé à la plupart des disques du quintette, a fait reprendre ses refrains aux foules du monde entier (Etats-Unis, Canada, Réunion, Allemagne, Norvège, etc.), et est devenue pour le public la sixième membre officieuse du combo

Après avoir vécu dans les plus grandes mégalopoles du monde, c’est donc dans une petite ville de province de l’Ouest de la France que Jamika entamera sa nouvelle voie. Son expérience avec Zenzile lui a en effet donné envie de goûter les joies d’une carrière musicale sous son propre nom, et ses fréquents séjours angevins lui font rencontrer la smala locale chez qui elle peut recruter le personnel adéquat. Les instrus de cet album sont donc laissés aux bons soins des vieux complices de Zenzile (JC, le batteur, et Vince, le clavier + Tanguy à la prod). Nico Gallard, ancien batteur chez Lo’jo et invité régulier des disques de Zenzile, s’occupera de l’instrumentation de « The Beat », un hommage aux Last Poets, et tiendra les fûts sur la tournée qui démarre en Mars 2007. Elle rappelle aussi les deux hurluberlus de El Barön Brissetti, avec qui elle avait déjà enregistré un morceau sur leur premier album, pour s’occuper de la basse et des machines sur scène, et demande enfin à Nico « Kham » Meslien, contrebassiste de Lo’Jo et Sweet Back (side project dans lequel on retrouve aussi Raggy, le sax de Zenzile) de prêter ses cordes sur le très beau « Zeus » final, comme il l’avait déjà fait pour l’album de El B.B

Cet « Helium Balloon Illusions » a l’intelligence de na pas sombrer dans le piège de la simple redite zenzilienne. Les deux hommes offrent ici une nouvelle facette de leur talent en signant un disque très différent de ce qu’on avait entendu d’eux mais à la patte pourtant indiscutable. L’ensemble parvient à ne pas s’éparpiller malgré un éclectisme maîtrisé où se croisent dub hop crasseux à la Wordsound (l’excellentissime « Crash »), folk bluesy (« Travel Bag Blues », signé entièrement par la demoiselle), drum’n’bass affolée (« Feed On »), dancehall robotique (« Don’t Stop ») ou downtempo langoureux (« Good Food » et ses cordes qui plairaient à Bonobo)

De son côté, Jamika chante, parle, hurle ou rappe ses diatribes engagées et ses élucubrations de noctambule, dans la grande tradition orale de The Last Poets, Gil Scott-Heron ou Nina Simone. On retrouve la sensualité féline qui nous avait déjà séduits sur les « Love Child », « Change » ou « Airport Lights » de Zenzile. Elle se paye même le luxe de deux énormes tubes potentiels, le très funky « Transcient Posse » et le hip hop dubby minimal « Shanti Lift », qui pourraient bien faire grincer quelques dents du côté de Sarah Jones et de Yarah Bravo (One Self). On avait plus ressenti un tel appel à la luxure depuis le Tricky de la grande époque (période Pre-Millenium Tension)..

On pourrait peut-être chipoter en avançant qu’un ou deux featurings masculins auraient pu être les bienvenus (allez, soyons fous! Buck 65? Saul Williams? Tricky?) pour apporter encore un peu plus de relief à l’ensemble de l’album… Mais quoi qu’il en soit, Jamika s’offre là le meilleur passeport pour ses nouvelles aventures… Reste à savoir sous quels cieux ce disque va encore l’emmener

En écoute

1. Shanti Lift     
2. Feed On     

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire