Jaill – « Traps »

jaill1801Album
(Sub Pop)
11/06/2012
Indie pop psyché

Comme il y a deux ans à l’occasion de la sortie de l’excellent « That’s How We Burn« , Jaill vient sonner l’heure estivales avec « Traps », un nouvel album aussi humble que les conditions dans lesquelles il a vu le jour furent rudimentaires. Alignant une grosse dizaine de morceaux pop psyché légers, aux mélodies moroses et à l’humour adolescent tout droit hérité des origines anglaises de son frontman, il s’inscrit plus que jamais dans la continuité. Ainsi, le trio s’installe pour de bon dans ce qu’il sait faire de mieux, laissant même sa maitrise s’entendre d’un bout à l’autre de cette nouvelle livraison. Hormis quand la voix nasillarde de Vincent Kircher le pousse sur le terrain de Why? (« Horrible Things Make Pretty Songs »), le combo de Milwaukee empile quelques tubes inoffensifs bien de son cru, qu’ils tiennent à un riff (« Waste a Lot Of Things »), à une mélodie loin d’être aussi fragile qu’elle en a l’air (« Ten Teardrops »), ou qu’ils aient tout pour eux au point qu’on les boive au goulot (« Everyone’s a Bitch », « I’m Home », « House With Haunting »). Tous forment alors le contenu de ce « Traps » fort sympathique, véritable bande son d’un été joyeux, passé en toute camaraderie au bord d’une piscine remplie de filles en maillot de bain. Sauf que celles là ne passent pas sur MTV, laissent échapper quelques poils du bikini, ne connaissent pas la chirurgie esthétique, ont les ongles noirs, et décapsulent les bières avec les dents. La vie, la vraie, l’authentique.

itunes17

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire