Jaill – ‘Brain Cream’

Album / Burger / 30.06.2015
Pop garage

Après ses deuxième et troisième albums, tous deux sortis à l’aube des étés 2010 et 2012, c’était presque devenu une habitude: entendre de nouveaux titres de Jaill allait illico de pair avec l’air iodé, les parasols multicolores, les odeurs mélangées de Monoï et de charbon de bois. Une habitude que le groupe n’a pas hésité à casser depuis, malgré une cassette sortie très discrètement en 2013, histoire de faire face à un important changement de line up laissant Vincent Kircher seul, et de prendre le temps de concocter son véritable retour: ce ‘Brain Cream’ qui officialise pour de bon sa collaboration avec un label qui n’en finit plus de faire parler de lui. Changement de crèmerie donc, de crémiers aussi, pourtant la recette fonctionne encore à merveille. Dans un enthousiasme et une bonne humeur qui ne le quitte décidément pas (‘Getaway’), et malgré des paroles imprégnées des récentes difficultés rencontrées, Jaill n’hésite pas à multiplier ses influences pour nourrir une pop garage dont les éternels reflets sixties surgissent dès l’excellente entame ‘Just a Lovely Day’. Pour les plus évidentes, sonorités surf (‘Picking My Bones’) et psychédéliques (‘Little Messages’, ‘Draggin’) saisissent ainsi sans mal la moindre ouverture pour se frayer un chemin au sein de compositions lorgnant parfois avec succès vers l’acoustique (‘Slides And Slips’). Mais surtout, non content de sonner son retour miraculeux à la vie, le combo se permet même d’entrouvrir les portes d’un futur rendu radieux par quelques tubes (‘Got An F’ entre autres) dont Kircher n’a manifestement pas perdu le mode d’emploi. Rassurant pour nos prochaines descentes sur l’A10.

‘Just a Lovely Day’, ‘Got An F’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire