Jack White – ‘Lazaretto’

Album / Third Man – XL – 09.06.2014
Rock caméléon

Habitué à se repaître régulièrement des nourritures divines prodiguées par le sieur Jack White (12 albums en 15 ans, ça vous pose un homme), le fan de l’ex-White Stripes/Raconteurs/Dead Weather aura dû attendre deux ans – soit une éternité – entre ‘Blunderbuss’ et ‘Lazaretto’ pour goûter à nouveau au nectar de l’homme de Détroit. Et autant dire qu’il y en a pour tous les goûts sur ce deuxième opus solo. Jack White manie le rock en bon chef étoilé, jouant des styles comme on jongle avec les saveurs, saupoudrant ici quelques notes de country (‘Temporary Ground’), mariant là blues et americana comme il se doit (‘Just One Drink’), allant jusqu’à épicer dignement l’ensemble de quelques saillies à la Hendrix (l’instrumental ‘High Ball Stepper’), ou jouant la carte du morceau épique avec un ‘Would You Fight For My Love’ absolument délicieux. Le tout pourrait manquer cruellement d’originalité s’il n’était mené comme à chaque fois de main de maître. Jack White a les deux pieds bien ancrés dans la modernité et sa science des orchestrations lui permet toujours d’innover. Piano, violon, harmonica et pedal steel trouvent ainsi toujours leur juste place quand ils pourraient tomber comme un cheveu sur la soupe chez n’importe qui d’autre. En guise d’exemple, le titre éponyme: détonnant mélange de funk-rock sur lequel White balance un flow que n’aurait pas renié Anthony Kiedis, ‘Lazaretto’ se termine par un solo de violon extrêmement groovy. A l’image de ce morceau fantastique, l’album est une belle construction kaléidoscopique, mélangeant les genres à la perfection pour un résultat à l’énergie communicative. Et quand l’électricité s’efface pour laisser place à ‘Entitlement’, une ballade sur laquelle plane l’ombre de Neil Young, cette dynamique se cristallise soudain en une petite bulle d’émotion aux couleurs des grands espaces américains. La cerise sur le gâteau.

‘Lazaretto’, ‘Would You Fight For My Love’, ‘Entitlement’, ‘That Black Bat Licorice’

À lire ou écouter également:

, , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire