J Dilla – « Donuts »

Donuts[Album]
07/02/2006
(Stones Throw/Pias)

La vie est parfois injuste. Alors que vient tout juste de sortir « Donuts », son dernier album instrumental, suite tant attendue de son « Welcome To Detroit » sur BBE, Jay Dee vient de succomber à l’hôpital de Los Angeles des problèmes rénaux qu’il traînait depuis maintenant deux ans. Trop jeune pour mourir, ce bonhomme est devenu à la fin des années 90 un des producteurs hip hop les plus reconnus et plus demandés, ayant contribué ou participé au succès de groupes et artistes comme De La Soul, Pharcyde, A Tribe Called Quest, Slum Village, Common, Q Tip, Madlib et Busta Rhymes. Jay Dee n’était pas grand fan des spotlights ni de la scène, et préférait amplement l’exercice du studio, théâtre de sa grande productivité, ou naissait la plupart de ses projets, pour divers groupes ou sous des appellations variées. Pour cela, ce bonhomme est en quelque sorte devenue une légende urbaine, avant d’être atteint par la maladie, de subir diverses hospitalisations qui l’obligèrent à travailler de son lit d’hôpital, à l’aide d’un ordinateur portable comprenant platines et samplers, et de quelques disques amenés par ses visiteurs

C’est ainsi qu’est né « Donuts », ce dernier album sorti début février, qui restera sans doute tristement célèbre pour avoir été le dernier. À la base conçu comme une beat tape, le projet a évolué vers un concept aussi surprenant que l’endroit dans lequel il a été composé. 31 titres au total sur lesquels n’apparaissent aucun Mcs, tous mixés de manière parfois assez abrupte et ne dépassant jamais les deux minutes comme pour ne jamais ennuyer l’auditeur (fait récurrent à l’écoute de ce genre de disque). « Donuts » est donc bel et bien un album hip hop, qui semble avoir été abordé comme un album de musique électronique pour finalement somptueusement sonner comme un bel opus de soul 70’s. C’est tout le talent de Jay Dee, aka J Dilla

Mais depuis ce 10 février 2006, l’impact de cet album, malheureusement assez loin de faire oublier l’efficace « Welcome To Detroit », n’est plus le même. Son géniteur en est largement excusé. « Donuts » sonne désormais comme un testament, la dernière trace d’une figure incontournable de la scène hip hop, une scène qui ne se fatiguera jamais de se remémorer ce sourire que Jay Dee tentait modestement, et en vain, de dissimuler sous sa casquette. Une bien triste sortie pour un si bon acteur…

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire