It It Anita – ‘Recorded by John Agnello’

Ep / Luik Records / 03.10.2015
Indie rock

Son premier EP éponyme ayant posé de solides jalons, It It Anita s’est très vite fait remarquer grâce à ses figures libres au service d’un rock inspiré. Décomplexé, le groupe a su enchaîner des concerts marquants, prendre le temps de créer son propre label (Luik Records) pour nous revenir plus fort avec un nouveau format court. Orné d’une pochette aussi renversante que sa musique, ‘Recorded By John Agnello’ est bel et bien le fruit d’une collaboration avec le susnommé. Et outre une production à coucher les arbres, les belges confirment qu’ils en ont autant sous la savate que dans le slip.

Quatre titres seulement, mais quatre fragments culottés, plein de rebondissements. Car la richesse d’It It Anita est aussi bien perceptible dans son énergie dévastatrice que dans son aisance à changer de cap vers des humeurs plus posées. Du coup, dans le calme ou dans la tempête, le quatuor tortille des mélodies imparables qui sentent bon l’indie rock 90’s, celui d’At The Drive In, de Loisirs ou encore de Sonic Youth : autant de références dont le groupe a su extraire l’essence, pour l’injecter de manière singulière au sein de ses compositions.

Alors, avec ‘Imposter’, c’est vent debout que le quatuor nous fauche de son chaos, avant de nous plonger dans une ambiance à s’en arracher les cheveux. Pour ‘L’Invention Du Chien’, une longue distance de treize minutes, c’est un univers plus ouvert, où chants et guitares se répondent, qui prend racine avec, en ligne de fond, un larsen aussi persistant qu’hypnotique qui s’éteint dans un final calme et magnifique. Plus classique mais néanmoins efficace, ‘Templier’ – à l’énergie contagieuse – n’est pas en reste, tandis que ‘Le Grand Tour’, titre instrumental à l’ambiance plus contemplative, tente de marcher sur les traces d’un Godspeed You! Black Emperor, et s’autorise une incursion juste de piano et de voix saturées en second plan.

Avec un disque aussi ouvert que varié, en affirmant son sujet avec clarté, le groupe vient confirmer tout le potentiel que l’on sentait chez lui, et signe avec ce nouvel Ep est un travail d’orfèvre qui méritait bien la patte d’une référence telle que John Agnello pour le mettre en relief. It It Anita certifie ainsi sa place dans le cercle du rock ‘Made in Belgique’ qui, à défaut de mettre tout le monde d’accord, continue depuis des décennies d’enfanter des groupes de haute volée.

‘Imposter’, ‘L’Invention du Chien’, ‘Templier’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire