Iris / Arm – « Les Courants Forts »

Iris / Arm – « Les Courants Forts »

arm180Album
(LZO)
06/11/2010
Hip hop Goncourt

Iris, Arm. Derrière ces deux noms se cachent deux personnages méconnus mais, chacun de leur côté, très actifs dans l’underground hip hop français. Le premier se fait rare mais remarqué chaque fois qu’il offre une apparition depuis « Ciel Ether » en 2003. Le second, en revanche, alimente régulièrement l’actualité musicale, principalement avec son projet Psykick Lyrikah, déjà auteur de trois albums atypiques et particulièrement salués par la critique. Aussi complémentaires que leur deux pseudonymes le laissent entendre, ces deux belles plumes accouchent ensemble d’un premier long format, celui qu’attendaient tous ceux qui avaient déjà pu entendre le duo à l’oeuvre, au hasard de rencontres discographiques.

Comme rarement avant lui, « Les Courants Forts » rappellent à quel point le hip hop français ne peut se résumer à ce qu’on peut entendre sur une radio se proclamant « premier sur le rap ». Logique quand on sait à quel point ses deux auteurs aiment se remettre perpétuellement en question, toujours avancer hors des sentiers battus, offrir de nouveaux univers à leurs inspirations, réduire en miette les barrières et la moindre considération qui ne soit pas artistique. Épaulés par une poignée de producteurs plus ou moins expérimentés (My Dog Is Gay, Le Parasite, Robert Le Magnifique, Pan@Point, Boulo, LeKidd ou Arm lui-même), voués au hip hop purement alternatif ou plus volontiers electro, les deux déroulent alors ce qu’ils savent faire de mieux: des lyrics riches en vocabulaire, arpentant des mots toujours justement pesés et pensés.

L’occasion est trop rare pour qu’on n’en profite pas: on lit « Les Courants Forts » autant qu’on l’écoute, on se laisse convaincre par ces deux flows très proches mais complémentaires, parfois complexes aussi, tous deux graves mais différenciés dans l’intention. Quand Iris adopte un ton fataliste comme s’il s’inclinait devant l’évidence, Arm conserve la rage sous-jacente qui a toujours été la sienne, et balance ses rimes avec une tension palpable dans la mâchoire. Toujours ici, seul ou accompagné, l’un comme l’autre sert impeccablement le propos, appuie l’ambiance, bâtit la cohérence et l’homogénéité de l’oeuvre commune. Au rang de l’excellence, on trouve ainsi l’ouverture « Minuit Pile », « Et Pourtant », « Les Courants Forts », autant de titres représentatifs de ce que la fusion des multiples éléments regroupés ici peut proposer de mieux. Pendant ce temps-là, Booba squatte les playlists et les tops albums. Flippant.

Disponible sur
itunes10

5 Comments
  • Sfar/Gaël
    Posted at 07:18h, 08 novembre Répondre

    Contente de constater que cet album touche de la même façon ceux qui le découvrent, je vais avoir du mal à m’en remettre.

  • Lomi
    Posted at 11:28h, 08 novembre Répondre

    L’album Ciel éther?? Moi je n’en connaissais qu’un morceau.
    Et sinon, heureusement on peut aimer Booba et Iris/Arm, qu’est ce que c’est « flippant » de lire des phrases comme ça…

    • mokaille
      Posted at 01:45h, 13 décembre Répondre

      Complètement d’accord, d’autant plus que Lunatic est une référence pour ce cher Arm…

  • Neska
    Posted at 15:38h, 08 novembre Répondre

    Yop,
    +1 pour tout ce qui est dit dans cette news.
    J’ai écouté l’album… puissant, tout simplement. A recommander à tous les amateurs, et les autres.

  • heptanes fraxion
    Posted at 12:56h, 12 décembre Répondre

    du rap comme ça moi je dis ouais et je le redis même !

Post A Comment