White Wine – ‘Who Cares What The Laser Says?’

Album / Cargo / 08.04.2016
Indie pop

Joe Haege est un caméléon. Ancien chanteur des cultes 31 Knots, ex membre de Menomena, The Dodos et de Tu Fawning, il fait transpirer White Wine de l’héritage d’un parcours artistique déjà bien rempli : d’abord en solo le temps de deux albums très personnels teintés de poésie bancale et ouverte aux instrumentations des plus originales, puis en creusant sa perception singulière de la musique jusqu’à Berlin pour y retrouver son vieil ami Fritz Brückner (ancien ingénieur du son de Menomena) avec qui il a ouvert ses possibilités artistiques à de nouveaux horizons. Passés ensuite au format trio, tous donnent aujourd’hui naissance à ‘Who Cares What The Laser Says ?’, un album surprenant, évoluant loin des sentiers battus.

Forts d’une écriture aussi rare qu’audacieuse, Haege et sa bande scellent des titres brillants, des composition intelligentes soulignées par des instrumentations multiples. On se promène autant le long d’élans rythmiques francs qu’au sein de propositions plus doucereuses. Les chansons s’enchainent avec force, tandis que les arrangements électro-bruitistes finissent de consolider les contours de propositions poignantes n’abandonnant jamais la mélodie. Ainsi, comme taillé pour rester gravé dans le marbre, chaque refrain permet à Haege d’y laisser fluctuer sa voix sensible, aux octaves larges, qu’il maitrise avec justesse au milieu des synthés ou de sa guitare.

A l’image de ‘Is This Weird ?’ qui nous cueille d’entrée, les idées fourmillent de partout. ‘Where Is My Line ?’, ‘Zeitgeist Plagiarist’ comme le titre éponyme se révèlent être de véritables machines à tubes, tandis que ‘A Drink & A 6 Lane Freeway’, ‘Plastic Entrance’ ou ‘Relic On File’ – plus calmes et popisants – sont également des morceaux complets, aussi prégnants que bien foutus. Complexe dans sa conception, magnifique dans son affranchissement, White Wine signe ici un album léché jusqu’au moindre souffle. En tutoyant la perfection, cet amalgame de propositions réfléchies et admirablement écrites, révèle une performance musicale unique et mature. Un album à se procurer d’urgence tant il risque de résonner longtemps dans les têtes.

‘Is This Weird’, ‘Where Is My Line?’, ‘Zeitgeist Plagiarist’

À lire ou écouter également:

, , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire