The Do – « A Mouthful »

A Mouthful[Album]
14/01/2008
(Cinq 7/Wagram)

Il ne serait pas forcément exagéré de dire que The Do vit un conte de fée. En effet, à peine un an après qu’Olivia et Dan se soient penchés sur cette nouvelle perspective, « A Mouthful », leur premier album, arrive dans les bacs comme pour couronner un début de carrière flamboyant, celui dont rêvent la plupart des nouvelles vedettes fabriquées tous les ans par la télévision. Sauf que dans le cas de ce duo, l’explication se trouve nulle part ailleurs que dans son talent, celui qui en très peu de temps lui aura permis de rameuter les foules à chacune de ses trop rares prestations scéniques, de servir de support musical à une publicité télévisée rabâchée (le tube « On My Shoulders » présent ici), pour finalement finir en apothéose cette première année d’existence en se voyant consacré par de nombreux médias comme la révélation des dernières Transmusicales de Rennes. Et on a beau toujours se méfier de ces nouvelles recrues montées en épingle, portées par un buzz conséquent, « A Mouthful » confirme au plus haut point tout le bien pensé du microcosme musical français

Plus encore, notre scène rock nationale, quelque peu endormie ces derniers temps, a peut être trouvé en The Do l’illustration parfaite du second souffle qui l’anime, dû en grande partie au revival folk consacrant de nouvelles pointures comme Cocoon, mais aussi à une attention plus grande des médias en tous genres un brin remis de ces histoires de quotas. Oui, non seulement les groupes Français peuvent désormais faire parler d’eux lorsqu’ils décident coûte que coûte de chanter en Anglais, mais ils peuvent aussi renverser les esprits quand ils osent y ajouter l’originalité et une large palette d’influences sans pour autant effriter la cohérence de leur registre

C’est exactement le cas de The Do, né sur les cendres des expériences passées et communes de Dan et d’Olivia dans le cadre très strict des musiques de films (« Le Camping Sauvage », « The Passenger »), du théâtre ou des spectacles de danse. De cela en est ressortie une forte envie de faire évoluer leur musique dans un contexte beaucoup plus libre, là ou les deux têtes pensantes du trio pouvaient y mêler leurs influences respectives: jazz et classiques pour lui, rock et electro pour elle. Une formule qui les aura poussés à prendre des risques, à ne jamais retomber systématiquement dans la facilité, dans ce qu’ils savent faire. Car The Do défriche continuellement son propre univers, d’où les multiples couleurs de ce premier opus visitant, en quinze étapes, les moindres détours de nos émotions, laissant différents décors se succéder, parfois jusqu’à l’apothéose (la brillante mélancolie de « Song For Lovers », le libre « The Bridge Is Broken », la ballade « Travel Light »)

Et avec un tel background musical apportant richesse rythmique et profondeur mélodique, un fort attrait pour les arrangements de bon goût (via vents, cordes et percussions), un chant d’une telle intensité et d’une telle beauté qu’il s’adapte avec une facilité déconcertante à chacun des titres, The Do fait mouche et rappelle quelques unes des plus belles pointures actuelles. En effet, l’enfantin « Playground Hustle » d’ouverture ou le final décalé « In My Box » toucheront certainement le public des deux soeurs Cocorosie; les superbes « At Last », « Tammie » et « Stay Just a Little Bit More » seront à rapprocher des Cat Power et Feist; et « Queen Dot Kong », dont toutes ressemblances avec le « Come Around » de Mia et Timbaland seraient purement fortuites, fait le grand écart entre le hip hop du Wu Tang Clan et le bordel organisé de The Go! Team, dont le fantôme plane également sur « Coda »

Peut on pour autant parler d’un coup de maître pour un premier album? Trop dangereux, surtout à entendre ce dont The Do est capable d’accoucher avec si peu d’expérience derrière lui, laissant présager de l’impact du prochain opus. Toujours imprévisible en raison des multiples rebondissements au sein de ce disque cohérent et digeste comme au sein de chacun de ses titres, « A Mouthful » est de ces albums qui s’avalent d’un trait et dont on voit toujours trop vite arriver la fin. Do signifie « la voie » en Japonais; incontestablement, celle de ce groupe est belle et bien tracée..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire