Stuck In The Sound – « Nevermind The Living Dead »

Nevermind The Living Dead[Album]
06/11/2006
(Never/Discograph)

On a trop souvent parlé ces derniers temps de cette nouvelle scène rock parisienne aux représentants autant condamnés à l’éphémère qu’un pauvre catalogue de saison H&M dans notre boîte aux lettres. Car derrière cette génération de morveux qui cache ses fausses notes derrière une attitude « top fashion », s’en cache une autre. Celle des plus crédibles et plus matures Hushpuppies et maintenant Stuck In The Sound au registre et à l’approche plus solides

Ces derniers, parisiens de souche donc, puisent dans des influences plus parlantes que les Strokes ou Libertines, et peuvent clairement, avec ce « Nevermind The Living Dead », viser des territoires outre périphérique pour ne pas dire étrangers. En effet, Stuck In The Sound trace un triangle d’or dont les extrémités se nomment Pixies, The Smith et At The Drive In sans pourtant jamais monter sur les plates-bandes de ces références somme toute peu originales. Non, les Parisiens naviguent au milieu d’eux, laissent apparaître une forte identité musicale, et parviennent avec une réussite implacable à ne jamais être le groupe français tentant de sonner anglais. Car Stuck In The Sound ne fait pas dans la demi-mesure et sonne comme un véritable combo d’outre-Manche, chose assez rare pour une entité hexagonale

Tout cela sans compter sur une énergie débordante: les fûts sont martelés sans pitié, les guitares généreuses, tout comme ce chant particulier, majoritairement aigu (rappelant même parfois Arcade Fire sur « Waste », balade efficace et légèrement formatée), à tel point qu’il en est presque déconcertant lorsqu’on pose un premier pied dans cet univers finalement captivant

Car plus que ces clins d’oeil dansants à la Franz Ferdinand (« Never On The Radio »), ce sont surtout ces énormes refrains qu’on aime à se repasser en boucle (« I Shot My Friend », « I Travel The World », « Don’t Go Henry », les énormes « Delicious Dog » et « Toyboy »), et ces génialissimes coups de folie (« Cramp Push And Take It Easy », « It’s Friday ») qui font de ce deuxième album de Stuck In The Sound une référence rock indispensable de cette fin d’année

La scène française détient peut-être là une occasion sérieuse de s’exporter. Alors profitons en au lieu de s’adonner à cet éternel « pas mal pour un groupe français » qui n’a là pas lieu d’être ici

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire