Schoolboy Q – ‘Blank Face’

Album / Top Dawg / 08.07.2016
Hip hop

Âme damnée du Black Hippy Crew au côté de Kendrick Lamar, Ab-Soul et Jay Rock, Schoolboy Q s’est forgé – au cours de ses derniers albums solos – une image en clair-obscur de rappeur habité par de nombreuses figures : celle du sportif à la courte carrière, du gangsta juvénile (il a rejoint un gang des Crips à l’âge de 12 ans), du dealer d’oxycontin, et du père de famille. Ces nuances de personnalité dévoilaient, lors des deux albums précédents, un rappeur riche et dense, car pétri de contradictions laissant entrevoir un esprit tiraillé entre rédemption et tentation. Avec son quatrième opus, ‘Blank Face’, Schoolboy Q semble avoir éloigné ses deux pieds d’un précipice qu’il contemplait d’un peu trop près auparavant.

Aujourd’hui libéré des addictions (il se déclare clean), Quincy Matthew Haley ne délivre rien de moins que son meilleur album. Long, ambitieux, bourré de ruptures, ‘Blank Face’ est exigeant, bercé par de nombreux courants, mais ne perd jamais sa ligne directrice, directement reliée à la voix granuleuse du rappeur, au centre de toutes les attentions. Sans jamais perdre la vedette au détriment d’un des nombreux invités présents sur le disque, Schoolboy Q se livre morceau après morceau, faisant de ce nouveau chapitre ‘the realest shit i wrote‘, comme il le dit dès l’ouverture de ‘Torch’.

Accompagné dans ce tournant-vérité par une flopée de producteurs au profil très variés (The Alchemist, Tyler The Creator, Metro Boomin…), le californien s’approprie toutes les ambiances : la ritournelle de piano sur ‘Kno Ya Wrong’, les violons qui s’envolent sur ‘Str8 Ballin’, la concurrence de Kanye West sur ‘That Part’. Rien ne semble pouvoir ébranler la forme nouvelle dans laquelle se trouve aujourd’hui un Schoolboy Q qui tourne, texte après texte, autour des thèmes qui lui sont chers : les gangs sur ‘Ride Out’ accompagné de Vince Staples, la drogue avec Dope Dealer et E-40, les faux amis sur ‘Know Ya Wrong’.

Sans redite, mais avec un recul plus marqué que par le passé, Schoolboy Q dresse un portrait à froid de son parcours, glaçant et sidérant d’épaisseur, ponctué de morceaux à tiroirs. En multipliant les portes d’entrée, les personnages, les nuances, et en les rassemblant tous autour de sa personne dans un remarquable travail d’ensemble, le jeune rappeur change de dimension avec ‘Blank Face’. D’ici à ce qu’il vienne titiller Kendrick Lamar…

‘TorcH’, ‘That Part’, ‘Ride Out’, ‘Dope Dealer’, ‘Str8 Ballin’, ‘Tookie Knows II’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire