Radiohead – « In Rainbows »

In Rainbows[Album]
10/10/2007
(Autoproduit/Digital)

N’est-il pas devenu un euphémisme de dire que Radiohead est un groupe à part? Peu sont aujourd’hui les artistes parvenant à faire chanter les maisons de disques. Les Anglais sont de ceux-là, eux qui n’hésitent pas à remettre en question toute une industrie en faisant courir des rumeurs rendant liquides certains patrons de labels. Yorke et ses potes parlaient depuis longtemps de ne s’en remettre qu’à eux-mêmes, laissant même entre temps planer un doute sur la possibilité de se maquer avec un grand du « café dégueulasse à emporter »

Finalement, Radiohead aura autant surpris qu’il n’aura donné de leçons, exposant sous les yeux des ténors du disque une réalité qu’ils se refusaient toujours de regarder en face. En ce début de mois d’octobre, personne, et surtout les éternels fans du groupe, ne s’attendait à une telle annonce sans précédent. Seulement dix jours avant sa mise à disposition en ligne, le géant pop d’outre Manche annonçait l’arrivée de son nouvel album, de la manière la plus originale et révolutionnaire qui soit

À l’heure ou tout le monde se questionne sur les nouveaux modes de consommation musicale, et sur les prix exorbitants qu’ont atteints nos chères rondelles, Radiohead annonce que chacun pourra télécharger « In Rainbows » au prix qu’il le souhaite. Sans oublier pourtant les attachés de l’objet qui, début décembre, pourront recevoir à domicile un coffret collector très complet. Radiohead soigne donc son public, mais cela allait-il être réciproque

Moins d’une semaine plus tard, un premier bilan tombe: Plus d’un million de téléchargements en quelques jours, un site internet un peu à la ramasse, un tiers des fans du groupe aurait choisi de ne pas répondre présents, les deux restant s’étant rués dessus pour une somme moyenne atteignant à peine les six euros. Tout en sachant que beaucoup d’inconditionnels désormais en possession de ce nouvel opus n’auront même pas daigné lâcher un centime. Les études comportementales et de marché sont donc ouvertes, avec à n’en pas douter des résultats surprenants

Peu habitués à ce genre de méthode, les mélomanes en auront peut-être déduit un peu trop vite que ce « In Rainbows » ne pouvait certainement pas égaler ses prédécesseurs pour être traité de la sorte. C’était son compter sur le statut de précurseur de Radiohead qui, y compris lorsqu’il s’agit purement de musique, n’est jamais le dernier à prendre des risques. Ils se seront donc lourdement trompés, car ce nouvel opus, qui devrait cependant se retrouver en magasins en début d’année prochaine, est une pure réussite plaçant délicatement la cerise sans faire effondrer le gâteau

Comme le groupe le souligne, « In Rainbows » s’éloigne de l’aspect conventionnel de « Hail To The Thief » pour revenir aux expérimentations qui auront marqué « Amnesiac » et « Kid A » surtout (« Nude », dont les premières pierres ont été posé à la fin des années 90, et « Jigsaw Falling Into Place » n’auraient-ils pas pu être au tracklisting de l’époque?). Car Radiohead n’a pas pris ce projet à la légère, bien au contraire, puisque rarement le groupe aura passé autant de temps en studio pour peaufiner les dix titres et quarante deux minutes de sa nouvelle oeuvre

Et cela s’entend. Sur le « 15 Steps » d’ouverture notamment ou la rythmique electro très actuelle devient progressivement acoustique pour annoncer l’arrivée d’une section basse/guitare aussi douce que belle, aux fines notes auxquelles le groupe nous a souvent habitué. Mais aussi sur le formidable travail d’arrangements de guitare du très rock « Bodysnatchers », un « All I Need » très proche de Boards Of Canada avant d’accroître sa richesse, et les quelques pépites pop très personnelles et infiniment délicates que sont « Weird Fishes/Arpeggi » aux multiples rebondissements, l’acoustique « Faust ARP » saupoudré de violons, et « Videotape » qui clôt ce disque tout en piano. Et Thom Yorke dans tout cela? Que les fans restés mitigés par son album solo se rassurent: l’atypique frontman est revenu à l’accessibilité de Radiohead, sublimant quelques titres par des lyrics inspirés et une mélancolie frissonnante (« Nude », « Reckoner », « House Of Cards »)

« In Rainbows » est cependant moins une révolution que le contexte dans lequel il nait. Il ne s’agit après tout que d’un album de Radiohead, d’un groupe qui ne déçoit finalement jamais tant il surclasse de loin tous ses concurrents. Et si vous êtes de ceux qui pensent, à tort ou à raison, que le groupe n’a pas besoin de vous, pas une raison non plus pour ne pas lui attribuer un minimum de valeur si vous étiez amenés à le télécharger. Reste que les Anglais ont foutu un bordel pas possible qui pourrait bien mettre sens dessus dessous une industrie du disque qui a plus que jamais besoin de ses locomotives. D’autant plus que Madonna, dans un autre genre certes, mais quand même, vient d’annoncer qu’elle attribuerait désormais tous ses droits à son merchandiser. Manquerait plus que notre Jojo national sorte son prochain album chez Optic 2000..

Téléchargez l’album ici

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire