Meat Wave – ‘The Incessant’

Meat Wave – ‘The Incessant’

Album / Big Scary Monsters / 17.02.2017
Punk noise

Meat Wave est un pur produit de Chicago, tout autant biberonné à la scène punk locale (Alkaline Trio et consorts) qu’à une autre plus bruitiste incarnée par Shellac. Il y a deux ans déjà, ‘Delusion Moon‘ affichait tout le talent du trio à se situer au beau milieu de cette tangente. Avec tout ce qu’il faut de mordant, de fougue juvénile, et d’efficacité mélodique pour qu’elle ait encore régulièrement le droit à quelques tours de platine, cette véritable cure de jouvence demandait une suite que vient nous servir ‘The Incessant’, nouvel album confié aux mains expertes de Steve Albini. Pour boucler la boucle.

Armé des mêmes intentions, Meat Wave reprend très exactement les choses là où il les a laissées dès ‘To Be Swayed’, morceau introductif vite exécuté, qui pousse illico les aiguilles du vumètre dans le rouge, pour ne les faire se reposer qu’en fin de course (‘Birdland’) ou entre deux titres, quand ils veulent bien lui laisser le temps tant les enchaînements sont parfois très courts, décuplant ainsi la dynamique de l’album. Avec même parfois un peu de précipitation (‘Bad Man’), intensité et tension s’unissent aussi pour le meilleur (‘At The Lake’, ‘Mask’), toutes deux libres de laisser la place qu’elles souhaitent à la mélodie, pour une virgule en fin de refrain (‘Tomosaki’), de manière sous-jacente (le riff répétitif de ‘Leopard Print Jet Ski’) ou de façon plus évidente tout au long d’un morceau (‘Run You Out’).

Rappelant les dissonances de Lack (‘No Light’), la ténacité de Hot Snakes (‘Glass Teeth’, ‘The Incessant’) et l’envie d’en découdre façon Die! Die! Die! circa 2011, ‘The Incessant’ est aussi pour Chris Sutter – frontman du groupe – le moyen d’extérioriser les frustrations et anxiétés engendrées par une année 2016 assez merdique. Véritable exutoire pour lui donc, l’album fait coup double puisqu’il en est un aussi pour celui qui l’écoute, séduit par l’authenticité et la générosité dont Meat Wave fait preuve ici, sans qu’on ait à l’y pousser, jusqu’à ‘Killing The Incessant’, explosion finale et mise à mort des derniers démons. De l’automédication sans ordonnance.

‘To Be Swayed’, ‘Run You Out’, ‘No Light’, ‘The Incessant’


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.